mardi 14 août 2018

La question des libertés ne saurait se résoudre en termes de droit ou de morale. Elle est avant tout une question politique

La liberté est une valeur cardinale. Elle est l’essence même de la vérité. C’est pourquoi elle doit être sortie des ornières de l’universalisme et de la subjectivité. Que les droits de l’homme soient proclamés avec force dans une société de plus en plus déshumanisée, où les hommes tendent eux-mêmes à devenir des objets, où la marchandisation des rapports sociaux crée partout des phénomènes d’aliénation nouveaux, n’est probablement pas un hasard. Il existe bien des façons de témoigner aux hommes du respect et de la solidarité. La question des libertés ne saurait se résoudre en termes de droit ou de morale. Elle est avant tout une question politique. Elle doit être résolue politiquement.

Alain de Benoist, Au-delà des droits de l’homme