lundi 6 août 2018

Encore quelques instants de bonheur...

Il suffit finalement de peu de choses pour ébranler le nihilisme et le cynisme, même le plus savamment entretenu. Il suffit, par exemple, d'une jolie maison accrochée à la campagne bourguignonne, de vieilles pierres, d'un cénotaphe à la mémoire dé héros oubliés, d'une petite fille aux joues rougies par le soleil et de quelques verres vidés qui ne sont pas des cris de misère mais des rires partagés. Il suffit de gens aimables et drôles réunis autour d'une table, rassemblés par une idée et un tempérament, d'un temps suspendu entre deux obligations et trois médiocrités, de feux d'artifices et d'airs de guitare. 

De quelques gens. « Des gens bien » dans le sens le plus complet et le plus noble du terme. Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles, la fidélité en bandoulière, l'honneur débordant d'un cœur empli de souvenirs et d'espérances. Il suffit d'une famille de France, d'une famille française.

A moy que chault