lundi 23 juillet 2018

Les menaces envers la liberté sont d’abord causées par l’attitude des gens envers la technologie, dans leur travail et dans leur vie quotidienne


Les menaces envers la liberté sont d’abord causées par l’attitude des gens envers la technologie, dans leur travail et dans leur vie quotidienne. Et la façon dont ils se comportent vis-à-vis de la technologie est déterminée par de puissantes forces sociales et psychologiques. S’opposer à cela par un moyen aussi dérisoire qu’une doctrine philosophique est simplement ridicule. Même si vous persuadez le public de partager votre point de vue, il ne changera pas ses habitudes pour autant. Il trouvera toujours des rationalisations pour concilier sa conduite avec la philosophie ; ou bien les gens diront que ce qu’ils font individuellement est trop peu important pour modifier le cours des choses ; ou bien ils confesseront qu’ils sont trop faibles pour mettre en pratique leurs principes. On peut concevoir qu’une doctrine philosophique puisse changer une culture sur le long terme mais seulement si les forces sociales qui lui sont opposées sont elles-mêmes en état de faiblesse. Mais c’est loin d’être le cas aujourd’hui où notre société est puissamment engagée dans le développement technique. Il nous reste très peu de temps, peut-être trois décennies tout au plus, après quoi nous aurons atteint le point de non-retour. 

Theodore Kaczynski, L’avenir de la société industrielle