vendredi 20 juillet 2018

Le commando Lasserre

Le commando Lasserre, fort d’une centaine d’hommes, est spécialisé dans la recherche de renseignements (qu’il exploite directement), la détection et la fouille des caches et tunnels. Recrutés parmis les soldats ou partisans du Viêt-minh capturés, les membres du commando sont groupés par cellules spécialisées de 4 ou 5 hommes : choc, sapeur-démineur, propagandiste, équipe cynophile etc

Lorsque le commando a obtenu un renseignement concernant un village, il l’exploite au cours d’une opération, pénétrant dans l’agglomération à la suite des unités du secteur qui s’en sont emparé. Méthodiquement le village est fouillé par les équipes cynophiles et le sol sondé avec minutie au moyen de tiges d’acier. Une fois localisées, les caches sont inspectées avec précaution et vidées des armes, munitions, médicaments ou matériels de propagande qu’elle renferment. De même, les tunnels sont explorés et toutes résistance ennemie neutralisée par l’utilisation de grenades fumigènes, lacrymogènes ou de charges d’explosifs. 

Le reportage a pour sujet un exercice de démonstration à Hadong, en présence d’autorités civiles et militaires (le président Pleven, monsieur de Chevigne, le général Cogny et le colonel de Clerk) en tournée d’inspection. 

Les commandos ratissent un terrain avec attention puis, ayant détecté l’entrée camouflée d’une cache, un dispositif se met en place : une équipe se poste en couverture, une autre inspecte avec précaution l’ouverture menant à la cache afin de déceler tout piége, puis un commando se faufile à l’intérieur et tend à ses camarades restés en surface des armes saisies dans le souterrain (un mortier “genoux” japonais et un fusil-mitrailleur 24/29). 

Par la suite, des soldats Viêt-minh (rôles tenus vraisemblablement par des membres du commando, en “civil” pour la démonstration) sont extraits du souterrain et font acte de se rendre. Le reportage se termine par un portrait de l’adjudant Lasserre, chef du commando qui porte son nom.

Source et reportage vidéo