dimanche 15 juillet 2018

Il est à prévoir que le public baignera davantage dans l’univers des divertissements de masse


La propagande et les techniques de production d’images. Dans ce domaine, nous ne devons pas négliger le rôle du cinéma, de la télévision ou de la littérature, toutes choses qu’on regarde en général comme de l’art ou du divertissement mais qui adoptent bien souvent un point de vue consciemment défini, au service de la propagande. Même dans le cas où l’adoption d’une perspective explicite ne s’est pas faite consciemment, ces outils servent à endoctriner le spectateur ou le lecteur, en lui transmettant certaines valeurs. Nous admirons les grands écrivains du passé mais, quand on considère objectivement la situation présente, on doit reconnaître que les techniques artistiques se sont développées à un tel point que les films ou les livres les plus habilement échafaudés ont un impact psychologique sur le spectateur ou le lecteur contemporain bien plus fort que, disons, Shakespeare à son époque. Les meilleurs parmi ces produits sont capables d’attraper et d’impliquer si puissamment le lecteur qu’ils influencent toutes ses valeurs. Remarquez également jusqu’à quel point l’individu lambda se fait aujourd’hui « du cinéma », comme le souligne l’expression. Les gens dépensent davantage de temps dans des divertissements en conserve plutôt que de participer à des activités spontanées. Comme le surpeuplement, les obligations diverses et les règlements limitent les occasions d’activité spontanée, et comme par ailleurs les progrès de l’industrie du spectacle donnent naissance à des produits toujours plus attrayants, il est à prévoir que le public baignera davantage dans l’univers des divertissements de masse. 

Theodore Kaczynski, L’avenir de la société industrielle