mardi 24 juillet 2018

Décryptons la novlangue : le sens des mots

"62 400 répétitions font une vérité" Aldous Huxley

C comme "consensus"
signifie : pensée dominante, ou dogme
Le consensus permet d'évacuer certains sujets du champ du débat démocratique. Il suffit de déclarer que tel ou tel sujet fait l'objet d'un "large consensus" pour qu'il ne soit plus nécessaire d'en débattre. Il a été, par exemple, décidé comme allant de soi que le Traité de Lisbonne faisait l'objet d'un consensus, et pour que la chose demeure incontestable, il ne sera procédé à aucune vérification populaire. Le Consensus désigne finalement l'équivalent communautaire de la "pensée unique". Ainsi peut-on affirmer que l'intégration européenne est la garantie de la paix sur le continent depuis 1945, que l'euro est une chance pour l'Europe, que l'Europe a besoin de davantage d'immigrés et de même, il est courant, par exemple, lors des travaux des commissions du Parlement européen qu'une décision, ou un texte soit adopté "par consensus", c'est-à-dire sans vote, sur le simple constat qu'il est approuvé par les trois principaux groupes de ce Parlement (socialistes, libéraux et populaires) sans même que soient mentionnés les quelques voix contraires réputées dissidentes.

S comme "Société civile"
signifie : le peuple européen
Concept neuf, la "société civile" permet aux institutions européennes d'échapper à la double réalité : l'inexistence d'un peuple européen unique et le caractère profondément décevant des peuples quand ils sont d'aventure autorisés à s'exprimer (cf. référendum 2005, Danemark, Irlande, France). La société civile fait donc office de peuple de substitution, sorte de villages Potemkine des Commissaires. Pour s'assurer un interlocuteur, les institutions européennes financent ainsi une multitude de structures pan-européennes avec qui elles peuvent enfin avoir un dialogue constructif : lobby européen des femmes, Fondations Schuman, "Notre Europe", "Euronews", "Source d'Europe", etc... (la liste est fort longue). Ces associations dont la survie financière dépend pour l'essentiel de la Commission européenne ont pour caractéristique commune de toujours soutenir la main qui les nourrit dans sa quête de pouvoir et de systématiquement approuver les projets qui émanent d'elle au nom du "peuple européen". C'est cette "claque" qui a conduit par exemple à la claque de 2005, les autorités bruxelloises ayant commis l'erreur d'abandonner la méthode d'intégration européenne progressive et insidieuse pour se lancer dans la désastreuses opération constitutionnelle.

P comme "Panne européenne
signifie : fonctionnement de la machine bruxelloise à haut régime, mais à cadre institutionnel inchangé
Depuis l'échec de la Constitution européenne, l'Europe serait en panne, panne dont il faudrait sortir à tout prix. Concept utilisé par ceux qui estiment qu'il n'existe qu'une seule manière d'organiser le continent européen, sa réduction à un seul rôle politique, estimant donc que toute opposition est un contretemps aux conséquences dramatiques. La panne européenne serait une pause dans l'évolution historique naturelle, puisque sens de l'histoire il y a, et qu'il mène inévitablement à la construction d'une Europe intégrée. Transposé dans l'univers franco-français, Ségolène Royal aurait pu déclarer au lendemain de l'élection de Nicolas Sarkozy que la France était en panne, puisqu'elle n'avait pas soutenu le projet qu'elle incarnait lors des présidentielles. Notons que, dans la pratique, la panne européenne est toute relative, puisque l'activisme réglementaire de la Commission européenne connaît un pic depuis 2005, à un niveau équivalent à celui de l'époque où Jacques Delors mettait en place le marché unique. Paul Thibaud écrit à ce sujet : "L'Europe n'est pas bloquée, elle tourne. Les services publics nationaux sont arasés comme prévu, la Commission morigène les gouvernements. Ces gouvernements acceptent les décisions de la Banque centrale, qu'ils ne peuvent critiquer sans encourir l'opprobre des commentateurs. (...) Ce qui inquiète, en effet, ce sont les résultats de ce fonctionnement qui avale si bien les obstacles." (Le Monde, 2 février 2007).


Cahiers de l'indépendance n°4