jeudi 12 juillet 2018

Comment vous suit-on à la trace sur Internet ?

Hors ligne, il est difficile de suivre quelqu’un, encore plus de suivre tout le monde. En ligne, suivre une personne est relativement aisé car votre intermédiaire, le navigateur web, se comporte comme quelqu’un qui accepterait les bonbons de tous les inconnus, et dès lors suivre tout le monde n’est plus qu’un problème de quantité de calcul. 
     Pour caractériser avec certitude un utilisateur, plusieurs techniques sont possibles. Le cas facile est celui où vous donnez un identifiant et un mot de passe, ou lorsque vous vous identifiez via votre compte Facebook. Sinon, quand vous vous connectez le site peut regarder votre adresse IP, le nom et le numéro de version de votre navigateur, et récupérer via JavaScript la liste des addons installés, ce qui ne fournit pas votre nom mais permet de vous séparer des autres avec une quasi-certitude (c’est le fingerprinting). Ensuite, le mécanisme le plus répandu est celui des cookies, de petits morceaux de texte qui sont stockés sur votre ordinateur par chaque site visité afin de vous reconnaître la fois suivante. 
     Les cookies ne posent pas de problème tant qu’ils sont exploités seulement par les sites que vous visitez. Mais par défaut, les navigateurs acceptent aussi les échanges de cookies avec des sites tiers (third-party cookies), par exemple celui d’un annonceur qui a placé une publicité sur la page que vous visitez. Il suffit même que le site que vous visitez vous demande de télécharger un unique pixel sur un autre site pour que ce dernier puisse lire et écrire un cookie sur votre disque. Et des techniques JavaScript existent pour lire tous les cookies enregistrés par votre navigateur. 
     Comme relativement peu de sites sont des régies publicitaires, et comme quantité de sites placent des publicités plus ou moins discrètes sur leurs pages, ces régies peuvent suivre vos pérégrinations sur la toile. 
     L’étape suivante sera peut-être de vous identifier par vos empreintes digitales, comme doivent déjà le faire les balayeurs du métro de Londres lorsqu’ils pointent : l’iPhone 5S s’en sert pour vous reconnaître, d’autres suivront. Vous serez alors identifié parfaitement et pour toujours, à moins de trouver le moyen de modifier vos empreintes. C’est d’autant plus embêtant qu’il est relativement aisé de récupérer et d’imprimer les empreintes de quelqu’un d’autre. 

Sébastien Desreux, Big Mother