jeudi 14 juin 2018

Vietnam : la guerre chimique

Entre 1961 et 1971, l’armée américaine et ses alliés ont déversé sur le territoire sud-vietnamien près de 80 millions de litres de défoliants, dont pour plus de la moitié, cet herbicide hautement toxique appelé l’agent orange. Ce fut la plus grande guerre chimique de l’histoire. Justifiés officiellement par le besoin de dégarnir le couvert végétal sous lequel se cachait l’adversaire, et de détruire les récoltes nécessaires à son approvisionnement, ces épandages massifs ont contaminé les sols et bouleversé durablement les écosystèmes. Plusieurs millions d’êtres humains ont été affectés par la dioxine, victimes de décès prématurés, de graves maladies, de fausses couches ainsi que, pour des centaines de milliers d’enfants, de terribles handicaps. Il faudra attendre la fin des années 2000 pour que les États-Unis consentent à apporter une aide financière substantielle au Vietnam, en particulier pour la décontamination de l’ancienne base militaire de Đà Nẵng

L’Histoire, n° 62, Le Vietnam depuis 2000 ans