dimanche 10 juin 2018

Un taux d’exposition médiatique croissant

Cette capacité de manipulation s’appuie sur l’extraordinaire diffusion des moyens de communication mondiaux depuis la fin du XXe siècle et sur un taux croissant d’exposition médiatique des populations qui favorise l’orchestration. 

Rappelons quelques données pour la France : 60% de foyers disposent au moins de six écrans (en comptant les ordinateurs et les téléphones) ; la durée moyenne de stationnement devant la télévision est de 3 h 24 par jour selon le Syndicat national de la publicité télévisée (Le Monde du 31 décembre 2009) (2 h 18 chez les enfants de 4 à 14 ans). Un Américain passe en moyenne 9 heures par jour devant un média, selon une étude réalisée par l’Université de l’Indiana (Faits & Documents du 15 janvier 2006) ; la presse quotidienne gratuite touche plus de 4 millions de lecteurs ; les Français ont eu en moyenne 40 contacts avec les médias par jour en 2009 (dont 16 pour la télévision) selon l’enquête « Media in life » (Le Monde du 5 mars 2010), soit une progression de 9,7% par rapport à 2006. 

Dans le même temps, la lecture des livres – qui est plus réflexive – chute : selon l’Insee, en 2006 avec les Français ont consacré moins de 0,5% de leur budget à l’achat de livres (en net recul par rapport aux années 1990 ; Le Bulletin quotidien du 6 août 2009). De même, l’aptitude à la lecture diminue en Europe et en particulier en France parmi les adolescents de 15 ans : le taux d’inaptitude est de 21,7% chez ces futurs consommateurs de médias, selon la Commission européenne pour 2006 (Le Monde du 1er décembre 2009) ! 

Jean-Yves Le Gallou, La tyrannie médiatique