samedi 9 juin 2018

Les nouvelles technologies sans fil utilisent des fréquences dont les longueurs d’ondes traversent non seulement les murs mais aussi la peau


A l’exception des métaux, qui les réfléchissent, les ondes électromagnétiques hyperfréquences (micro-ondes) traversent tous les matériaux : pierre, brique, bois, béton, verre, plastique, etc., dans lesquels elles ne sont arrêtées que si la dimension de l’obstacle est supérieure à la longueur d’onde. 

Par exemple, le Bluetooth et l’Internet sans fil wi-fi à 2 450 mégahertz ont une longueur d’onde de 12 centimètres. Un mur de moins de 12 centimètres d’épaisseur sera traversé par les fuites d’un four à micro-ondes et par les émissions d’une banale souris d’ordinateur sans fil Bluetooth. Et ce même lorsque l’ordinateur est éteint, puisque la souris est munie de batteries. 

Les micro-ondes se déplacent à la même vitesse que la lumière : en une seconde, elles parcourent environ 300 000 kilomètres. C’est pratique pour l’instantanéité des échanges, mais cela rend la protection aléatoire

Les micro-ondes des nouvelles technologies présentent une particularité similaire à la téléphonie mobile européenne GSM : elles sont pulsées. Cela signifie qu’elles sont envoyées par jets saccadés, plusieurs milliers de fois par seconde. La régularité de cette émission crée à son tour des fréquences extrêmement basses. Aux effets des micro-ondes (pénétration dans l’organisme et échauffement des tissus) s’ajoutent donc les effets de ces fréquences extrêmement basses qui « potentialisent les effets des micro-ondes ». 

Annie Lobbé, Téléphone portable : comment se protéger