samedi 28 avril 2018

Rappel : José Bové l'écotartufe

"Nous aussi, écologistes et responsables, croyons au développement et au progrès"
José Bové, Le Monde, 6 décembre 2012

Pas touche au pape de l'altermondialisme ! C'est péché ! Critiquer le chef c'est faire le jeu des méchants du camp d'en face. On connaissait le stalinisme, le pierre-rabhisme... voici le bovéisme. Toute observation est un blasphème à la Personne sacrée. "La diabolisation de Bové (et aujourd'hui d'EELV) est contre-productive... Elle fait le jeu d'une écologie de droite", réprimande un ex-objecteur de croissance qui a bien fait de rejoindre Jean-Luc Mélenchon. Les valeureux combats passés de José Bové l'auraient sanctifié à jamais. Hélas, la vie c'est plus compliqué : personne, à commencer par l'auteur de ces lignes, n'est à l'abri d'un revirement. Heureusement d'ailleurs car les trajets vont dans un sens comme dans l'autre : des petits soldats du capitalisme désertent aussi la guerre économique après des années au service de la mégamachine. Mais ce retournement se fait cette fois dans le silence médiatique. Ce qui est logique.
     Combien d'évolutions comme celle de José Bové ? On pense au syndicaliste CGT Hyacinthe Dubreuil (1883-1971) qui finit chroniqueur au Figaro, à l'ancien Premier ministre Pierre Bérégovoy ou encore à l'ex-directeur de Charlie Hebdo Philippe Val, passé de l'hebdomadaire du professeur Choron à la tête de la radio de propagande d'Etat France Inter. Plus récemment au leader de la CFDT d'ArcelorMittal à Florange, qui a accepté la proposition du Parti socialiste de conduire sa liste pour les européennes dans le Grand Est. Le système n'aime rien de plus que les repentis. A partir d'un certain seuil de notoriété, il est prêt à monnayer cette dernière. Evidemment, plus la prise est grosse, plus c'est efficace ; avec notre incarnation contemporaine d'Astérix, cela relève des livres d'histoire. Le chroniqueur Eric Zemmour peut alors rigoler face à lui : "Vous êtes l'idiot utile du système (que) vous servez" (Emission Zemmour & Naulleau, Paris Première, 28-2-2014). Et José de sortir alors sa nouvelle langue de bois politique pour éluder.
     Le nouveau veston façon costume mais en cuir de José Bové allie le côté rebelle à celui de l'homme devenu respectable. La veste à deux côtés sur une face, belle trouvaille. José Bové est dans le pire cas de figure : à la fois dissident et notable.  Il tente de conserver son image de réfractaire pour mieux vendre la sauce européenne libérale : la nation (idée originellement de gauche) serait la bête immonde ; le pire des nationalismes dans la recherche de puissance, mais cette fois à l'échelle de l'Europe, serait la Paix garantie entre les peuples pour mille ans. José Bové a été le premier à démonter cette rhétorique. Désormais, il crache dans la soupe dans son dernier livre pour mieux nous la faire avaler. 


Bobové
José Bové a abandonné "sans regret les maisons en pierre, sombres et froides, du hameau, où vivent une vingtaine de personnes" (Le Monde, 4-9-2006) pour un pavillon californien sur le Larzac : "Un rêve d'habitat new-age qui fait irrésistiblement penser aux maisons des bobos de la Côte ouest des Etats-Unis et du Canada." Nous n'en parlerions pas si José Bové n'étalait son mode de vie dans les grands médias. Au Monde toujours, José Bové avoue qu'il a acheté un "petit bateau" (2-2-2007). En fait un voilier de près de 10 mètres et 3,5 tonnes. Une belle saloperie très (très) chère en aluminium, matériau on ne peut plus polluant... Plus vraiment le train de vie d'un éleveur de chèvres sur un plateau aride...
     Notre compagnon "faucheur volontaire" qui signait l'éditorial dans La Décroissance en avril 2006 a monnayé sa célébrité contre une place de député européen, l'argent et la conservation de sa reconnaissance sociale. Le prix a été d'accepter de devenir le caniche de celui que le philosophe Michel Clouscard désignait comme la figure de proue du capitalisme : Daniel Cohn-Bendit. "L'enfant chéri des média" (revue Médias, 12-2008) dédicace et chaperonne son dernier livre écrit "avec la collaboration" d'une figure du journalisme parisien, Gilles Luneau. "Dany" se félicite à la première page de sa préface de ce revirement contre le "stato-nationalisme" (sic). Le "Point Godwin" est atteint en dix lignes.
     Le 20 février 2014, interviewé sur Radio propagande d'Etat (France Inter) pour assurer la promotion de l'ouvrage, l'ancien champion à contre-courant au nom de l'Europe libérale clame : "L'Europe, les gens y sont attachés, l'euro, les gens ne veulent pas en sortir." Il s'émerveille devant "les victoires du Parlement européen". "Plutôt que d'essayer de faire du Made in France, on parlerait du Made in Europe !", ose-t-il. Et pourquoi pas directement du "Made in World" ? Elle est loin la relocalisation de la production et de la consommation... Et vive les (éco-)avions, les bagnoles (vertes) : "Tout le monde s'est félicité d'Airbus dans ma région, pourquoi on fait pas pareil sur l'automobile, sur les transports ?" En avant pour le "Green new deal" ("relance du processus industriel") ! Manque juste encore des sous : "On n'a pas de moyens (en Europe) pour financer le Développement !" Il suffira pour ça de rançonner plus encore les méchantes nations : "Les citoyens européens peuvent s'opposer aux Etats quand ils s'unissent", afin de payer la mégamachine européenne et ses agents de luxe.
     Jacques Ellul, dont se revendique toujours José Bové, doit s'en retourner dans sa tombe.
 
La Décroissance N°108