vendredi 16 février 2018

L'intelligence artificielle est plus dangereuse pour l'avenir de l'humanité que la Corée du Nord, selon Elon Musk


Le milliardaire américain Elon Musk estime que l'intelligence artificielle pourrait devenir la cause de la Troisième guerre mondiale. Pour le PDG de Tesla Motors et SpaceX, cette technologie représente un danger plus grand que la Corée du Nord pour l'humanité.

C’est une nouvelle charge portée contre les dangers potentiels de l’intelligence artificielle (IA). Avec Bill Gates et Stephen Hawking, le milliardaire américain Elon Musk fait partie des grandes figures de la Tech qui ont exprimé, ces dernières années, leur inquiétude vis-à-vis des progrès de l’IA. Pour le célèbre PDG de Tesla Motors et de SpaceX, l’IA représente pour l’avenir de l’humanité une menace bien plus grande que la Corée du Nord, qui vient pourtant de se targuer d'avoir développé une bombe H. Pour lui, ce n'est pas une vraie menace, puisqu'une réaction militaire de la communauté internationale serait "du suicide" pour Pyongyang.

Le milliardaire américain a tweeté ce lundi que "la compétition pour la supériorité de l'intelligence artificielle à un niveau national pourrait être la cause de la Troisième guerre mondiale".

Après ce tweet, Elon Musk a affirmé que cette guerre pourrait ne pas être déclenchée par les États eux-mêmes, mais par leurs propres intelligences artificielles. Autrement dit, il estime qu'un jour des robots "tueurs" seront en capacité de prendre par eux-même ce type de décision. Le milliardaire américain a fait ces commentaires peu après la lecture d'un article de The Verge sur Vladimir Poutine. Celui-ci affirmait que le pays qui posséderait l'intelligence artificielle la plus performante deviendrait probablement le "dirigeant du monde". 

Un internaute a ensuite interpellé le fondateur de Neuralink, la startup créée l'an dernier par Elon Musk, qui travaille au développement d'une interface cerveau-machine, lui faisant remarquer que les gouvernements et les États étaient "nuls en IA" et qu'ils étaient globalement incapables d'innover avec la même puissance que les entreprises privées. Elon Musk a alors répondu que ça n'avait aucune importance, qu'ils finiraient par obtenir les IA par la force, "si nécessaire". 

La crainte d'un scénario à la Terminator 
L'obsession d'Elon Musk pour l'intelligence artificielle n’est pas nouvelle. Dans une lettre ouverte rendue publique lundi 27 juillet, le PDG de SpaceX et plus d’un millier de personnalités - dont l’astrophysicien britannique Stephen Hawking, le cofondateur d’Apple Steve Wozniak, le linguiste américain Noam Chomsky - ont réclamé l’interdiction des armes autonomes, capables "de sélectionner et de combattre des cibles sans intervention humaine". Leur crainte : que les Etats se lancent dans "une course à l’armement", justifiée par le fait que "remplacer des hommes par des machines permet de limiter le nombre de victimes du côté de celui qui les possède". 

D'après les signataires, la question clé de l’humanité, aujourd’hui, est de savoir s’il faut démarrer une course à l’armement dotée d’IA ou l’empêcher de commencer. "L’intelligence artificielle a atteint un point où le déploiement de tels systèmes sera – matériellement, si pas légalement – faisable d’ici quelques années, et non décennies, et les enjeux sont importants : les armes autonomes ont été décrites comme la troisième révolution dans les techniques de guerre, après la poudre à canon et les armes nucléaires", écrivent les signataires dans cette lettre publiée par le Future of Life Institute (FLI), un organisme américain à but non lucratif qui milite pour prévenir les risques liés à l’intelligence artificielle (et qui a reçu un don d’Elon Musk).