dimanche 4 février 2018

Importance d'une religion dans la vie sociale

L'histoire montre l'importance des religions. L'Antiquité montre que toutes les sociétés avaient un fondement religieux. Mieux, elle montre que l'athéisme correspond souvent à des élites et à des périodes de décadence comme en Grèce hellénistique ou dans la Rome d'avant le christianisme. Si l'on examine la chrétienté, on voit que la morale, l'art, le droit dérivent bien de la religion. Les universités en Europe sont des créations de l’Église. Par contre, la technique, la science ont une autre origine, essentiellement grecque. Mais c'est la chrétienté qui nous a transmis le legs de la civilisation gréco-romaine.
     Aux États-Unis, Tocqueville a montré que la religion jouait un rôle énorme dans la cohésion sociale.
     Il y a aussi des relations entre la religion et la démographie. La religion est favorable à la famille est aux enfants. Elle favorise le cerveau affectif contre les empiétements des cerveaux instinctif et rationnel. Cela donne de la cohérence à la personnalité. La religion est fondée surtout sur les besoins du cerveau affectif, besoins qui sont doubles, besoin de combattre et besoin d'agir pour l'amour d'autrui. Dans les églises baroques, on voit souvent sur un mur des scènes de charité et sur l'autre des scènes de combat. Ainsi, dans l'Asamkirche de Munich, il y a sur le mur de droite, deux scènes de charité : le Christ lavant les pieds d'un vieillard et la vierge Marie berçant l'enfant Jésus. Sur le mur de gauche, il y a deux scènes de combat : Jésus chassant les marchands du Temple et l'archange saint Michel tuant un dragon représentant le mal. Il y a équilibre en la dimension combattante et la dimension charitable. A bien des égards, l’Église moderne a perdu sa dimension combattante originelle : elle est devenue hémiplégique ! Elle ne peut plus jouer alors pleinement le rôle social qui lui revient : lutter contre le mal et pas seulement administrer la charité, domaine où l'Etat cherche d'ailleurs à la concurrencer maladroitement (bureaucratiquement). 
     Le rôle de la religion est le rôle de toute tradition, et il est essentiel. Le prix Nobel Friedrich von Hayek a montré le rôle bénéfique des traditions dans le développement d'une civilisation. Ces traditions n'apparaissent pas nécessairement rationnelles à l'individu mais les sociétés qui les suivent prospèrent plus que les autres. C'est l'expérimentation et non la pensée a priori qui édifie des civilisations viables sur la base de traditions sélectionnées par la réussite historique. 

Yvan Blot, L'oligarchie au pouvoir