samedi 10 février 2018

Bernard-Henri Botul-Lévy : l’imposture ex cathedra de BHBL

En février 2010, Bernard-Henri Lévy publie un nouvel opus, De la guerre en philosophie. Il y cite longuement les réflexions du philosophe Jean-Baptiste Botul et son œuvre majeure majeure : La Vie sexuelle d’Emmanuel Kant ; œuvre dans laquelle Botul soutient que, pour Kant, « le philosophe ne se reproduit pas par pénétration mais par retrait ». On comprend bien que BHL se soit intéressé à Botul dont l’œuvre est importante puisqu’on y trouve des thématiques comme Landru, précurseur du féminisme, Nietzsche et le démon de midi, ou La Métaphysique du mou. Le seul problème, c’est que Botul est un... personnage fictif inventé par un journaliste du Canard enchaîné, Frédéric Pagès ! 
     Ce dernier évoque un « grave accident philosophique qui pourrait compromettre la suite de [la] carrière [de BHL] » mais constate toutefois que « même pris en flagrant délit de lecture hâtive ou de fiche mal digérée, [BHL] est fêté par les télés, choyé par les radios, encensé par les journaux ». Assurément et malgré cet « auto-entartage », la carrière de BHBL s’est poursuivie comme si de rien n’était. Et pour cause ! De la guerre en philosophie n’était pas moins sérieux que les ouvrages précédents de BHL fondés, eux aussi, sur l’affirmation péremptoire, le mensonge éhonté et la réflexion en diagonale
     Le « nouveau philosophe » fonde son pouvoir intellectuallo-médiatique sur ses premiers livres qui sont autant de supercheries intellectuelles : La Barbarie à visage humain (1976), Le Testament de Dieu (1977), L’idéologie française (1981)... 
     Ce qui lui vaudra cette critique du (vrai) philosophe Cornélius Castoriadis : « Que l’industrie des médias fasse son profit comme elle peut, c’est, dans le système institué, logique : son affaire, c’est les affaires. Qu’elle trouve des scribes sans scrupule pour jouer ce jeu n’est pas étonnant non plus. [...]. Les ‘auteurs’ et leurs promoteurs fabriquent et vendent de la camelote. » 
     Dans L’Idéologie française, BHL convoque au banc d’infamie toutes les gloires intellectuelles de la France, sans réflexion, ni prise de distance, ce qui lui vaudra dans L’Express « Bernard-Henri Lévy viole toutes les règles de l’interprétation honnête et de la méthode historique. [...] Le voilà maintenant Fouquier-Tinville [...]. Juif comme moi, il exclut de la France et rejette dans la France noire d’innombrables écrivains ou penseurs de notre commune patrie. Intérêt public ou danger public ? » 
     Et la méthode BHL – escroquerie intellectuelle et culot – dure depuis trente ans. Portée sur la scène internationale, elle a été appliquée à tous les théâtres d’opérations de l’OTAN : Bosnie, Kosovo, Afghanistan, Géorgie, Libye. Les images bidon viennent conforter les reportages – non moins bidons – du baroudeur du café de Flore, véritable imprésario des guerres de l’Empire

Jean-Yves Le Gallou, La tyrannie médiatique