mercredi 21 février 2018

7 000 cafés ferment chaque année : ça suffit !


Il y avait 600 000 bistrots en France en 1960, il n'en restait plus que 34 000 en 2016. France Boissons refuse de voir disparaître les derniers cafés de nos villages et réclame l'inscription du café français au patrimoine de l'Unesco. 

Loïc Latour est président de France Boissons, partenaire des Cafés, Hôtels et Restaurants (CHR) français depuis plus de 50 ans. France Boissons a publié il y a quelques semaines un Livre blanc intitulé Les cafés, une chance pour nos territoires, en partenariat avec l'AMRF (Association des Maires Ruraux de France), l'APVF (Association des Petites Villes de France) et eTerritoire, plateforme de promotion des territoires. 

En Eure-et-Loir, le dernier commerce d'un village est un café de pays qui fait aussi épicerie et agence postale, géré en régie par la municipalité. Au cœur des Pays de Savoie, des habitants reprennent la licence IV pour sauver leur dernier bistrot. Dans le Nord, un café se réinvente autour d'un magasin de produits de la ferme et d'une galerie photos. L'unique commerce d'un bourg du Lot s'est transformé pour devenir un café-brocante tendance.

Cette nécessité d'évoluer n'est pas réservée aux établissements de zones rurales ou périurbaines, elle est vitale pour l'ensemble de la filière. 

Une nouvelle génération de professionnels réinvente le café de proximité. Une décoration soignée, une offre de restauration locale de qualité, un bon café, des services (prises, wifi, …) mais également des concepts innovants (comme des espaces de co-working) font de ces nouveaux bars des lieux de vie et de travail à toute heure. 

Néanmoins, à l'échelle nationale, malgré ces belles réussites, nos partenaires de la filière Cafés-Hôtels-Restaurants sont durement frappés par la crise avec une moyenne de 7 000 fermetures par an ces dernières années, notamment dans les territoires ruraux et périurbains. 

Il y avait 600 000 bistrots en France en 1960, il n'en reste que 34 669 en 2016, regroupés dans un peu plus de 10 000 communes (baromètre France boissons/CREDOC, «comprendre et répondre à la fragilisation de la filière CHR en France»).

Pourtant, la demande de cafés de proximité n'a jamais été aussi forte. La volonté de renouer avec un lien social distendu, le dynamisme du tissu associatif, le développement du télétravail, la recherche de naturalité et de local, la raréfaction des services publics, tout concourt à réinstaller les cafés au cœur de nos villes et de nos villages. À l'heure des réseaux sociaux, le café peut redevenir le premier réseau social de proximité. 

Le retour du café dans nos territoires se construit avec les professionnels, les élus locaux, les pouvoirs publics mais aussi les acteurs de l'économie digitale qui tous contribuent à réinventer le café du coin. 

Ainsi, des collectivités ont choisi d'acheter les murs d'établissements pour les louer à des repreneurs, d'autres ont encouragé les points multi-services, ou l'accueil de services publics de proximité. Les cafés deviennent des lieux de conseil à l'image de l'initiative «le conseil du coin» lancée par les notaires. 

La redynamisation des cafés passe par une triple révolution de la qualité, de l'accueil et des services. Nous y travaillons en formant et en conseillant nos clients. Les pouvoirs publics accompagnent cette mutation avec la création des certifications comme «Maître restaurateur» ou «Qualité Tourisme». La licence IV a été réformée afin d'en faciliter le transfert. 

Les financements se diversifient à l'image des plateformes participatives qui accompagnent des projets de cafés innovants ou solidaires en complément des prêts bancaires ou brasseurs. 

Toutes ces initiatives vont dans le bon sens. Mais nous pouvons collectivement faire plus pour la reconquête de nos territoires perdus: alléger normes et fiscalité pesant sur les débits de boissons, instaurer des zones franches dans les bourgs en déclin, élaborer une réflexion sur les livraisons du dernier kilomètre en intégrant les distributeurs dans les instances de concertation, promouvoir la transformation des cafés en Maison de Services au Public, soutenir l'inscription des cafés français au patrimoine de l'UNESCO. 

Baisser le rideau et nous retirer de la diagonale du vide? Tel n'est pas notre choix. Nous avons besoin des cafés au cœur de nos vies. C'est vital pour l'emploi, l'attractivité et l'animation des villes et des villages. C'est pourquoi nous soutenons l'attribution du label «Grande cause nationale» 2018 aux centres-villes et centres-bourgs qui permettrait d'engager un plan d'action global pour construire des territoires attractifs avec le concours de tous les acteurs.