mercredi 31 janvier 2018

L'idéologie égalitaire

L'idéologie du progrès est le socle de l'idéologie oligarchique. L'idéologie égalitaire est l'éthique, si l'on peut dire, que l'oligarchie met en avant pour justifier son pouvoir. L'oligarchie ne prétend pas qu'apporter le bien-être (idéologie du progrès) mais elle prétend l'accorder à tous, de façon le plus semblable possible. Sur ce sujet aussi, c'est sans doute Nietzsche qui a vu le plus clair. Il appelle les prêtres de l'égalitarisme, "les tarentules", c'est-à-dire des araignées venimeuses animées par l'esprit d'envie, de jalousie et de vengeance. 
     L'idéologie de l'égalitarisme cherche à se donner un aspect scientifique à l'aide des statistiques. Il s'agit de débusquer les "inégalités" pour mettre en place la "parité" (hommes-femmes), l'égalité des droits (des homosexuels par exemple) et la discrimination positive (privilèges accordés aux minorités ethniques). Ces politiques de création de privilèges catégoriels aboutissent à détruire les principes généraux du droit sur lesquels se fondent nos libertés. 
     J'ai eu autrefois une conversation intéressante à ce sujet avec le professeur Milton Friedman, prix Nobel d'économie, aujourd'hui décédé. Il me disait : "je vous plains d'habiter en France, dans un pays où des lois briment la liberté d'expression." Je lui disais qu'il n'y avait pas que les lois et mais une pratique des médias qui revient à la censure. Mais il précisait : "je suis juif. En tant qu'attaché aux libertés, j'affirme qu'on a le droit de ne pas aimer les juifs, ou les chrétiens, ou toute sorte de catégorie d'homme. Mais le code pénal suffit à me protéger et je suis contre les lois qui protègent des catégories particulières. Il suffit que l'opinion change pour que ces lois s'inversent et c'est dangereux." Je lui répondis de dire cela sur les médias français. "Ah non ! me dit-il ; j'aime venir en France et si je fais cela, je ne serai plus invité !"
     L'égalitarisme se retourne contre l'égalité des droits, base de notre système juridique. Il se retourne notamment contre les libertés économiques. Car la liberté débouche nécessairement sur des inégalités dues à l'efficacité différente des uns et des autres. Il serait intéressant connaître combien nous perdons en points de croissance économique chaque année à cause du fisc et des réglementations égalitaires. Le prix Nobel d'économie Friedrich von Hayek disait que cet égalitarisme n'est pas d'origine populaire. En effet, les pays qui ont la démocratie directe comme la Suisse et les États-Unis ne sont pas particulièrement égalitaristes. C'est le système combiné des lobbies politiques, culturels et syndicaux qui est le moteur qui propage l'égalitarisme en flattant les clientèles particulières
     A la limite, l'égalitarisme peut devenir meurtrier : on se souvient du slogan des Babouvistes sous la Révolution française : "les p'tits, on les mettra sur l'escabeau, les grands on leur coup'ra l'ciboulot ! Y faut qu'tout l'monde y soient égaux !" Les mêmes disaient : "périssent les sciences et les arts pourvu que nous ayons l'égalité réelle !" En fait, l'égalitarisme se pare de sentimentalisme égalitaire, alors que né de la haine, à travers la jalousie et la vengeance, il conduit toujours à la destruction. 
     Il y a dans Essais et Conférences de Heidegger un passage intéressant sur l'identité (das Selbe ; le même) et l'égalité (das Gleiche). L'identité rassemble à travers les différences, donc respecte les libertés. L'égalité disperse dans une égalité fade qui n'accepte pas les différences. C'est pourquoi le principe d'identité doit avoir la primeur sur le principe d'égalité. On en est loin !

Yvan Blot, L'oligarchie au pouvoir