lundi 4 décembre 2017

La Cimade contre l’Etat, avec l’argent de l’Etat


Cette idéologie [immigrationniste] a ses précurseurs et ses Thénardier (ces aubergistes imaginés par Victor Hugo, qui exploitaient sans vergogne la misère de Cosette, l’orpheline confiée à leurs soins), ses juristes et ses communicants, ses chrétiens progressistes, ses maoïstes, ses trotskistes. 

A tout seigneur, tout honneur, commençons donc par le service œcuménique d’entraide, la Cimade (comité inter-mouvements auprès des évacués), une association de solidarité active avec les étrangers, membre de la Fédération protestante de France. Forte de sa devise « En France, l’étranger n’est pas un problème ni une menace », l’association a tout fait pour que les étrangers soient de plus en plus nombreux à passer nos frontières, à rester dans le pays et même à devenir « français ». 

Son action est aussi perverse qu’ambivalente : elle consiste à critiquer l’État pour lui en demander toujours plus, tout en agissant en son nom. La Cimade est en effet partenaire de l’État pour l’accueil des réfugiés et reçoit 4,5 millions d’euros de subventions publiques, soit les deux tiers de son budget

Ses principales actions : l’assistance juridique aux étrangers, soit dans ses permanences, soit en centre de rétention administrative et en prison lors de ses visites, la gestion d’établissements sanitaires et sociaux. Elle monte, en outre, des actions de solidarité internationale, offre aux clandestins des cours de langue, sensibilise le grand public et les hommes politiques à ses thèmes. 

Ce fut le premier fer de lance de l’idéologie immigrationniste. Au profit des étrangers, elle n’a cessé d’en demander toujours plus à l’État, aux Français et à leurs représentants. 

Jean-Yves Le Gallou, Immigration, la catastrophe. Que faire ?