jeudi 21 décembre 2017

Je m’étais construit avec les livres une barrière contre les vicissitudes quotidiennes


Il arriva donc que livré à la monotonie matérialiste de ce monde banal, seul en face du rythme inconnu et entraînant d’une vie en apparence complètement insensée et pourtant réglée par un mécanisme inexorable, je recourus d’abord à ce qui autrefois m’avait donné la première notion de l’existence, c’est-à-dire au livre. Avant de m’être mis en route comme le Parsifal de la légende, je m’étais construit avec les livres une barrière contre les vicissitudes quotidiennes de mon éducation quelque peu difficile. Et maintenant à cette heure où tout ce que je voyais et sentais me semblait si pâle et si incolore, l’étalage d’une librairie était pour moi comme un appel secret et pouvait éveiller en moi le désir ardent de ces visions immédiates et éblouissantes que les livres m’avaient toujours apportées avant que j’eusse essayé de suivre mon frère Simplicius Simplicissimus qu’en imagination seulement. 

Ernst Von Salomon, Les réprouvés