lundi 6 novembre 2017

Simonnet (LFI) refuse de quitter son logement social pour ne pas «enrichir un propriétaire»


Épinglée par Le Parisien pour l'appartement de 83m² qu'elle occupe légalement dans le XXe arrondissement, l'élue de Paris affirme qu'elle ne veut pas «participer à la spéculation immobilière». 
Les polémiques se suivent et se ressemblent à la France insoumise. Après le couple Garrido-Corbière, qui s'est illustré en rechignant à quitter l'habitation à loyer modéré (HLM) qu'il occupe à Paris, c'est désormais Danielle Simonnet qui est épinglée par Le Parisien pour le logement social dont elle bénéficie légalement dans le XXe arrondissement de la capitale. En effet, la porte-parole de Jean-Luc Mélenchon vit dans un spacieux appartement de 83m² avec balcon pour 1300€ par mois

Ce tarif, dont elle jouit depuis qu'il a été fixé par la Régie immobilière de la Ville de Paris en 1999, est très largement en-dessous de ceux du marché. Mas cela ne semble pas déranger l'élue francilienne. Interrogée par le quotidien, la conseillère de Paris - dont le revenu mensuel brut s'élève à 4190€ bruts -, explique qu'elle n'entend absolument pas quitter ce logement. «Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière», justifie-t-elle. 

Malgré l'appel lancé par Anne Hidalgo en 2014 à tous les élus parisiens pour les sommer de quitter leur «logements relevant des droits de réservation de la ville ou du parc de ses bailleurs», la maire PS de Paris n'entend pas sévir sur le cas de Danièle Simonnet. «Son appartement n'est pas de la catégorie HLM mais un loyer libre. Et dès lors, il n'y a pas de plafond de ressources pour l'obtenir, pas d'enquête sur les revenus de ses occupants, pas de surloyer», explique son adjoint PCF au logement, Ian Brossat.