lundi 13 novembre 2017

Sept fois plus d’enfants naissent en Afrique noire qu’en Europe


En 1950, le nombre de naissances annuel s’élevait à 7,4 millions d’enfants dans ce qui est devenu l’Union européenne (à 27) et à 8,9 millions dans l’Afrique subsaharienne. C’est-à-dire des chiffres à peu près équivalents. Soixante ans plus tard, en 2010, on ne compte plus que 5 millions de naissances dans l’Union européenne contre 32 millions en Afrique subsaharienne. Ainsi, il y a soixante-cinq ans, il naissait un enfant en Afrique noire pour un enfant en Europe. Désormais, il naît sept fois plus d’enfants en Afrique noire qu’en Europe. Sept fois plus. Simplement sept fois plus. Un constat qui a évidemment des conséquences considérables sur le potentiel des migrations. 

Autre élément : les démographes considèrent que c’est au sein de la catégorie des 20-39 que les hommes (et aujourd’hui les femmes) constituent le réservoir des migrations. 
En 1950, ces effectifs des 20-39 ans en Afrique étaient de 51 millions. Ils ont atteint 104 millions en 1980, puis 250 millions en 2010. Et ils devraient être 504 millions en 2040... 

Jean-Yves Le Gallou, Immigration, la catastrophe. Que faire ?