samedi 18 novembre 2017

Hypocrisie journaliste : emballement aujourd'hui sur le harcèlement sexuel, défense forcenée de DSK hier : Pour Aphatie, Audrey Pulvar est coupable de "poujadisme de bazar"


Selon lui, la journaliste a dit "n'importe quoi" dans l'affaire DSK. 
L'affaire DSK fait un peu moins parler en attente de l'audience du 6 juin prochain, mais les diverses réactions à l'affaire, elles, font toujours autant parler. Sur son blog, Jean-Michel Aphatie s'est ainsi élevé contre certaines des sorties qu'avait suscitées les déboires de l'ancien directeur du FMI, et notamment celle d'Audrey Pulvar. 

Le journaliste de RTL et Canal+ reproche en fait à sa consoeur d'i-TELE des propos tenus dans le dernier numéro du magazine Le Point et avoue être resté « un peu interdit » à la lecture de son interview. Ainsi, quand Audrey Pulvar affirme que les propos sexistes tenus après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn sont « très symptomatiques, non pas de la société française, mais du microcosme politico-journalistico-intellectuel parisien », Jean-Michel Aphatie s'insurge. 

« Quand même, gravement n'importe quoi. Quelques personnes disent des conneries, et les voilà transformées en représentantes d'un "microcosme" défini à la truelle par un poujadisme de bazar qui oppose ce foutu "microcosme" au "peuple" », lâche ainsi le journaliste, qui reproche également à Audrey Pulvar d'enfoncer le clou dans sa réponse suivante au journaliste du Point.

« Audrey Pulvar est l'ultime borne de la sagesse de notre société » 
« Dans la rue ou par mail, les gens me disent combien ils ont été choqués de la disproportion entre la défense de DSK par l'intelligentsia et le peu d'intérêt suscité par la présumée vicitime », affirme ainsi Audrey Pulvar, une phrase qui irrite encore plus le journaliste. « L'opposition faite entre "les gens", normaux cela va sans dire, et "l'intelligentsia", partie dépravée de la société et isolée des "gens", dessine une représentation du monde sommaire et effrayante », lâche ainsi Jean-Michel Aphatie, qui conclut son billet avec une double dose d'ironie. 

« Heureusement, au milieu de tout cela, modeste et sereine, Audrey Pulvar soi même, à qui les "gens" s'adressent, (est l')ultime borne de la sagesse dans une société où tout fout le camp ma bonne dame », peut-on ainsi lire en conclusion de son billet.