vendredi 29 septembre 2017

L'inversion des normes

 

"Lors des débats sur la loi El Khomri, on a beaucoup entendu parler de l’inversion des normes : les accords d’entreprise pourraient, dans certains cas, être moins favorables aux salariés que les accords de branche (conventions collectives). Sans revenir sur ce point – la confédération a sorti une note à ce sujet – il me semble important de redire ici que l’inversion des normes existe bel et bien, mais elle est ailleurs.
Démonstration a été faite à tous nos députés, et ceux que nous avons rencontrés, de droite comme de gauche, ont été surpris de la pertinence de l’analyse : c’est pourquoi je la redonne ici, de façon augmentée par rapport à notre proposition d’amendement.
Quelle est donc cette inversion des normes ?
Elle réside dans le terme « droit à la déconnexion ».
Grand acquis social revendiqué par la CFDT, ce droit à la déconnexion est une victoire en trompe l’œil car, désormais inscrit dans la loi, il définit que l’état « par défaut » du travailleur est d’être connecté professionnellement, l’acte volontaire étant donc de se déconnecter. Jusqu’à présent, c’était le contraire : l’acte volontaire était d’aller travailler, d’aller se rendre disponible à son employeur. L’acte volontaire sera donc de dire « non, je ne suis plus disponible ». La cellule de base de la société n’est donc plus la famille, mais l’entreprise. Dit autrement, la famille est officiellement une prédatrice du temps professionnel.
Là aussi, nous avons une inversion des normes !
Pas étonnant alors que la normalité soit de raccourcir les congés parentaux (sous prétexte d’égalité Homme/femme) ou de libérer le travailleur le plus vite possible, en instaurant la scolarité obligatoire dès les 3 ans de l’enfant, comme le propose l’actuelle ministre de l’éducation nationale.
Dans ces deux cas (obligation scolaire, droit à la déconnexion), ce qui était une pratique de l’ordre du choix ou de la nécessité pécuniaire devient une injonction de loi, quasi indolore, puisque la pratique e 90% des travailleurs était déjà celle-là.
C’est la politique des petits pas : d’abord un choix, puis une nécessité et enfin une obligation légale.
Et voici donc, de façon plus macroscopique et moins nouvelle, cette inversion des normes généralisée  : la loi entérine la pratique de fait au lieu de dire le bien et le mal en vue du bien commun. Pire : la force des choses, habilement préparée, devient force de loi et prescriptrice du bien et du mal."

Lu ici