vendredi 18 août 2017

Le Plessis-Pâté : ils avaient volé 150 portables au Download festival

Deux quadragénaires ont été interpellés par les gendarmes au cours de la première soirée du festival Download donné sur la base aérienne au Plessis-Pâté au mois de juin. Ils avaient volé près de 150 téléphones. Ils viennent d’être renvoyés dans leur pays. 

En quelques heures, ils ont effectué une razzia parmi les festivaliers. Deux hommes ont été interpellés par les gendarmes au cours de la première soirée du festival Download, où jouait notamment Linkin Park, réunissant 120 000 spectateurs sur l’ex-base aérienne 217, au Plessis-Pâté, entre le 9 et le 11 juin. 
Ces pickpockets avaient dans leurs sacs à dos près de 150 téléphones portables… Les deux quadragénaires originaires des pays de l’Est, qui avaient payé leur entrée pour passer inaperçus, ont été renvoyés dans leur pays ces derniers jours. Tout commence vers 20 heures, en plein concert du groupe punk Blink-182. Des spectateurs viennent voir les gendarmes et racontent qu’ils se sont fait dérober leurs smartphones au milieu de la foule, devant la scène. « Le plus inquiétant c’est que certains étrangers avaient leur billet d’avion numérique à l’intérieur », précise un responsable. D’autres plaintes suivent rapidement. En tout, les militaires en recueilleront 104 en quatre heures. Mais parmi les premiers témoignages, une victime parvient à donner une description assez précise de l’homme qu’elle croit avoir vu en train de lui subtiliser son bien. 

La quarantaine de gendarmes (en uniforme et en civil), ainsi que les 250 agents de sécurité payés par l’organisation se déploient parmi les festivaliers. Trois hommes sont repérés. Deux sont interpellés. Le troisième larron est poursuivi jusqu’à 2 heures du matin, mais ne sera pas arrêté. Dans les sacs à dos des deux quadragénaires placés en garde à vue, plus de 150 téléphones sont retrouvés. 

Un stand pour récupérer son portable 
Face à cette prise record, les gendarmes décident de mettre en place un stand dédié, en périphérie du festival, avec les smartphones alignés les uns à côté des autres. Une immense file d’attente se forme rapidement. Et grâce aux réseaux sociaux, la bonne nouvelle de la saisie se répand parmi les 120 000 personnes. « Certains sont donc venus récupérer leur téléphone sans même déposer plainte », commente le colonel Jean-Marc Michelet. Des bravos et des applaudissements, viennent récompenser le travail des forces de l’ordre. Après une mesure de rétention, les deux quadragénaires interpellés ont, eux, été renvoyés dans leur pays.