dimanche 9 juillet 2017

La PMA, le mercurochrome sur la jambe de bois de la natalité.


Pour un lecteur de science-fiction, voir son livre se concrétiser dans la réalité peu avoir à la fois un coté excitant et un coté effroyable. 

Sortie des abysses insondables d’une imagination démoniaque la Procréation Médicalement Assistée laisse présager la venue dans le réel du roman d’Aldous Huxley, « Le Meilleur des Monde ». 

« Une personne croit des choses car elle a été conditionnée à les croire. » Aldous Huxley, Le meilleur des Mondes

Pour ceux d’entre vous qui n’avez pas lu le meilleur des mondes, c’est entre autres la description d’un monde « parfait » ou les enfants ne sont plus du tout le fait des parents, ils sont pris en charge par la société et tel un produit sont le fait d’une ingénierie biologique très évoluée. 

Somme nous étonné de découvrir que le frère de Aldous, n’est autre que Julian Huxley décrit comme un biologiste de l’évolution, eugéniste et un internationaliste, avocat de la sélection naturelle, premier directeur de l’ UNESCO et membre fondateur du World Wildlife Fund. 

Ainsi dans notre monde réel nous dit-on que l’infertilité est le fléau qui guette notre société occidentale moderne. 

Chiffres à l’appui. 

« En France, chaque année, « près de 50 000 enfants naissent grâce aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA), à un taux de malformation congénitales de plus de 4 % » (contre 2 à 3 % dans la population générale) » 

« En France, il y avait, en 2006, 119 649 tentatives d'AMP par an6, dont 54 179 inséminations artificielles et 65 413 cycles de fécondation in vitro (FIV, injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde et TEC) par an6. Dans 6 % des cas, elles font appel à des spermatozoïdes, des ovocytes ou des embryons issus d’un don. 238 000 embryons sont conçus par an dans le cadre de l'AMP ; ils sont par la suite soit implantés, soit congelés, soit détruits. Ils donnent lieu à 17 350 accouchements. » 

Outre le fait que les embryons soient considérés comme de la vulgaire matière première au même titre que la viande dans les supermarchés, ce qui en soit dénote du cynisme le plus froid. Le roman de A.Huxley n’est plus très loin. 

On peut se demander si, sous couvert d’apporter une aide à des couples en détresse, il n’y a pas une volonté de faire passer une technique douteuse pour une technique providentielle. 

Car enfin dans une société saine au lieu de s’attaquer à l’infertilité en se substituant à la procréation on s’attendrait plutôt à une recherche et une correction des causes profondes de l’infertilité. 

On nous dit : « Si aucune donnée antérieure n’est disponible sur la fertilité des couples en France, certains indicateurs laissent penser que celle-ci tend vers la baisse. Une étude démographique montre par exemple que le nombre de femmes déclarant une incapacité à concevoir était de 3,6 % en 1978, 6,3 % en 1988 et 11,9 % en 1994 (1) » 

En outre, des études indiquent que la concentration et la qualité du sperme se dégradent dans certaines régions du monde et de la France. La concentration spermatique* des hommes ayant recours à la procréation médicalement assistée a par exemple chuté entre 1989 et 1994 puis entre 2001 et 2005 dans l’hexagone. En outre, la qualité du sperme chez les candidats au don de sperme se dégrade au cours du temps à Paris. Plusieurs facteurs sont susceptibles d’influencer la fertilité, l’exposition in utero à des facteurs reprotoxiques, des facteurs environnementaux (métaux lourds, perturbateurs endocriniens, pollution atmosphérique) ou encore comportementaux (surpoids - qui peut aussi en partie être causé par les polluants chimiques - tabagisme durant la vie intra-utérine ou à l’âge adulte) ou encore les facteurs infectieux. La recherche travaille activement à l’identification de ces facteurs de risque potentiels. 
* nombre de spermatozoïdes pour une quantité de sperme donné. » 

Notons donc ici que les facteurs de l’infertilité ont des causes liées à l’industrie, métaux lourds, perturbateurs endocriniens, pollution atmosphérique et sont donc considérés comme acquis et à ne pas remettre en cause. 

Car finalement les seules choses à remettre en causes sont les causes de l’infertilité et pas une solution à l’infertilité, mais cela reviendrait à remettre en question l’industrie au sens large et capitaliste du terme. Et cela est considéré comme un acquis immuable constitutif de notre société « moderne », en somme vive le progrès. 

Vive le progrès surtout lorsqu’il permet de mettre en place des politiques eugéniques déguisées faisant passer l’idée que la conception ne se résume qu’a de la « matière première humaine » et peut être modelée au grée des desiderata d’une élite psychotique. 

Comment ne pas mettre en parallèle pour conclure, les sorties d’un jacques Attali sur l’homme déraciné et nomade et la conception d’enfants extra utero, donc extra familiaux. 

Ainsi comme le projetait Arnold J. Toynbee, le contrôle des peuples européens ne se fera que par la destruction du christianisme et des valeurs familiales, de la cellule familiale en tant que telle. 

La PMA n’est finalement qu’un outil de plus dans l’arsenal létal de la machine qui broie tout. 

Source : Rémy Slama, Béatrice Ducot, Niels Keiding, Béatrice Blondel, Jean Bouyer. La fertilité des couples en France. Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, février 2012 : n° 7-8-9 
(1) Leridon H. Studies of fertility and fecundity: comparative approaches from demography and epidemiology. C R Biol. 2007;330(4):339-46. 

Merci à David pour son article !

L'équipe Orages d'acier