samedi 6 mai 2017

"Il n'existe aucune connexion entre le monde d'en haut et celui d'en bas"


Pour le géographe Christophe Guilluy, qui dénonce un "assèchement de la pensée", le rapport à la mondialisation détermine désormais le vote. 

Le géographe Christophe Guilluy avait depuis longtemps théorisé la fracture entre deux France, celle globalisée des métropoles et celle populaire des périphéries. Pour Le Point, l'auteur du Crépuscule de la France d'en haut (Flammarion) et de La France périphérique (Flammarion) analyse le second tour d'une élection présidentielle qui, selon lui, confirme que la mondialisation ou l'immigration sont devenues les vrais sujets de clivage au-delà de la droite ou de la gauche. 

Le Point.fr : Que nous apprend la carte du vote du premier tour de la présidentielle ? 
Christophe Guilluy : Il y a une confirmation du mouvement entamé ces dix dernières années avec une forte poussée du FN dans les périphéries. Quelle que soit la région, la dynamique est là. Pour le second tour, ces périphéries devraient logiquement donner de forts scores à Marine Le Pen, alors qu'Emmanuel Macron sera vainqueur dans les centres urbains. Évidemment, ces constatations n'effacent pas la géographie traditionnelle, à savoir l'Est plutôt à droite, l'Ouest à gauche. Mais le fond du décor est en train de s'estomper peu à peu. 

L'analyse qui oppose un vote des villes à un vote des campagnes est-elle pertinente ? 
Elle est imprécise. Le clivage sépare ceux qui bénéficient de la mondialisation de ceux qui en pâtissent. Il est à la fois géographique et social. Que ce soit aux États-Unis, en Suède, au Danemark, aux Pays-Bas ou en Autriche, les territoires s'adaptent toujours de la même façon au modèle économique mondialisé : les métropoles deviennent de nouvelles citadelles, un monde fermé auquel on ne peut accéder sans ticket d'entrée. Impossible pour les classes populaires d'y acheter leur logement, compliqué d'y louer, à moins d'habiter dans des quartiers de logements sociaux. On nous explique que la révolution numérique efface les différences entre New York et le Cantal, ce n'est pas vrai. Les catégories supérieures se replient de plus en plus dans les territoires gagnants de la mondialisation, alors que la classe moyenne disparaît

Vous avez l' habitude de dire que les classes populaires ont tourné le dos à la gauche. Or, 24 % des ouvriers ont voté pour Jean-Luc Mélenchon. Ce n' est pas négligeable... 
Nous assistons à un clivage à l'intérieur même des classes populaires. Le FN reste en tête avec un score de 37 % chez les ouvriers et Jean-Luc Mélenchon engrange effectivement des voix, notamment au sein des catégories populaires de banlieue. Ce sont les mêmes qui avaient voté Hollande en 2012. À l'inverse, les catégories populaires de la France périphérique ont plutôt voté FN. 

Donc, pour vous, ce succès de Mélenchon chez les ouvriers, c' est un vote ethnique ? 
Pas seulement, mais il y a une dimension ethnoculturelle très nette. Ce fonctionnement est en place depuis plus de quinze ans, rien de très neuf. Nous ne sommes plus sur un clivage strictement social. Prenez une cité d'Hénin-Baumont par exemple, le « petit Blanc » va voter FN et le « petit beur » va voter Mélenchon... Alors même que les deux partagent une réalité géographique et sociale, leur vote diverge ! Cela signifie bien que la question culturelle et identitaire s'est invitée au cœur des stratégies électorales des partis politiques ! Les partis dits républicains prétendent le contraire la main sur le cœur, mais c'est bien évidemment faux. Au moins sur la question de l'émergence de la société multiculturelle, les partis américains ont moins de pudeur sur le sujet. 

C 'est ce que vous appelez « l' insécurité culturelle »... 
J'ai élaboré ce concept opérationnel pour analyser les demandes d'attribution de logement dans le parc social et pour étudier les leviers de l'ethnicisation de certaines cités. Je me suis rendu compte que, parfois, alors qu'il n'y avait ni problème d'insécurité physique ni grande précarisation, les habitants d'un quartier cherchaient à déménager pour échapper à une instabilité démographique. Cette instabilité renvoyait aux individus l'idée qu'ils étaient minoritaires ou en passe de le devenir dans leur quartier. Cette prise de conscience faisait flamber les demandes de changement d'attribution. C'est ce fait de ne pas pouvoir partager un capital culturel ou historique commun que j'appelle l'insécurité culturelle. Ce phénomène est assez universel, par exemple, la petite bourgeoisie magrébine quitte les quartiers où se concentre l'immigration africaine. En réalité, personne ne souhaite être minoritaire, car cela signifie dépendre de la bienveillance de la majorité. 

Le profil de l' électeur FN change au fur et à mesure que ses scores progressent ? 
Oui. On constate une féminisation de cet électorat, même s'il reste majoritairement masculin, et une progression dans des catégories jusqu'ici peu séduites par le FN. C'est le cas des employés, dont 32 % ont voté en faveur de Marine Le Pen, ou des salariés de la fonction publique, qui sont 27 % à avoir porté leurs voix en faveur de la représentante du FN. Sur le plan géographique, le vote progresse dans des régions que l'on disait traditionnellement plus hermétiques à ce vote, comme la Bretagne avec plus de 15 % en faveur du FN. Cela peut sembler inattendu, mais c'est en réalité très logique. 

C'est-à-dire ? 
Il faut regarder sur le temps long : le Brexit puise ses racines dans la politique menée par Margaret Thatcher dans les années 80. De la même manière, l'élection de Donald Trump n'aurait pu se produire sans la financiarisation de l'économie sous Bill Clinton… En France, la désaffiliation politique des classes populaires germe à la fin des années 70, lors du démarrage de la désindustrialisation. Cette désaffiliation augmente en même temps que la classe moyenne disparaît catégorie après catégorie. Cela a commencé avec les ouvriers, puis les paysans, maintenant les employés… Des bataillons entiers sortent progressivement de la classe moyenne, basculent dans le chômage ou la précarisation de leur emploi. Il y a dans l'esprit des gens l'idée que les classes populaires, c'est une France finissante vouée à disparaître un jour ou l'autre. Sauf que les gens ne disparaissent pas physiquement ! Prenez les 15 premières métropoles de France. Elles représentent 40 % de la population. Si l'on remonte les recensements, les mêmes métropoles en 1968 représentaient... 40 % de la population ! Cela peut sembler contre-intuitif, mais leur poids démographique n'a pas bougé, car, contrairement à ce que l'on imagine, la croissance des territoires a suivi celle des métropoles. 

Dans ce cas, comme expliquer qu' Emmanuel Macron soit donné gagnant au second tour, alors que la France périphérique représenterait 60 % de la population ? 
Ce qui est frappant, c'est qu'il y a un potentiel majoritaire avec des gens qui se croient minoritaires. En somme, c'est un conflit de classe, sans conscience de classe. Nous ne sommes pas la Grèce : il y a encore beaucoup de gens qui ont beaucoup à perdre. Les retraités et les fonctionnaires, qui sont protégés de la mondialisation, n'ont aucune raison de renverser la table. Il y a aussi, à la marge, le vote des minorités qui va se porter vers le parti le moins anti-immigrés. On voit bien que le Front national est bloqué par sa sociologie : les catégories populaires ne lui suffiront pas. Mais les coups de boutoir seront de plus en plus violents. On peut très bien imaginer demain voir un FN atteindre les 30-35 % au premier tour. Cela signifiera que les digues sont en train de céder. Pour l'instant, la difficulté que rencontre Emmanuel Macron est la suivante : comment tenir un discours optimiste sur la mondialisation, tout en captant les voix des perdants de cette mondialisation, ceux dont le niveau de vie a diminué ces vingt dernières années ? Pas facile. 

Certains analystes affirment que l' on assiste à une « droitisation de la France »... Pour vous, c'est un leurre ? 
Tout d'abord, le clivage gauche-droite ne structure plus complètement l'opinion. La preuve : le candidat de droite comme le candidat de gauche ont été éjectés dès le premier tour. Ceux qui ont franchi l'obstacle, ce sont des candidats qui se revendiquent « ni de droite ni de gauche ». Ce vieux clivage n'est encore pertinent que pour les retraités et les fonctionnaires. Les autres électeurs se déterminent désormais par des thématiques, comme la mondialisation ou l'immigration. Cela n'en fait pas spécifiquement des gens de gauche ou de droite. Si le pays avait vraiment « basculé à droite », l'État providence serait par exemple remis en question par l'opinion. Or, c'est tout le contraire. L'attachement aux services publics se vérifie, tout particulièrement dans la France périphérique, où la fermeture d'un bureau de poste peut devenir un casus belli. Même chose sur la question de la laïcité : il existe des électeurs de droite comme de gauche qui y sont attachés. Le clivage gauche-droite était le clivage du XIXe et du XXe siècle. Ce qui détermine le vote aujourd'hui, c'est le rapport à la mondialisation, à l'économie et le niveau de désaffiliation aux partis. 

Pour vous, la recomposition politique qui s 'annonce est une bonne nouvelle ? 
Oui. Les résultats du second tour devraient dessiner une carte « chimiquement pure » de cette France périphérique, qui ne nous dira pas ce qui est urbain ou rural, mais qui nous éclairera sur la proximité ou non du marché de l'emploi. Deux grands pôles sont en train de se mettre en place. La question des clivages de classe, clivages culturels, clivages géographiques va enfin être posée. 

Cela ne risque pas d 'accentuer la conflictualité ? 
On meurt de l'absence de conflits et de débats ! Si on veut éviter les violences réelles, il faut que cette conflictualité se traduise en débats à l'Assemblée nationale. Il serait tout à fait sain que les députés s'affrontent autour de thèmes qui parlent à l'opinion. Le pire moment est celui que nous vivons : il n'existe aucune connexion entre le monde d'en haut et celui d'en bas. Cela conduit à l'assèchement de la pensée. Malheureusement, pour l'heure, la France « d'en haut » est encore dans ce mode de fonctionnement, très pratique pour ne jamais mettre les vraies questions sur la table. Cette posture applique la règle suivante : « Ceux qui votent pour le FN sont fascistes. Les classes populaires votent FN, donc, elles sont fascistes. Et comme on ne parle pas aux fascistes, on ne parle pas aux classes populaires. » Fermez le ban ! Si on assiste réellement à l'émergence de ces deux blocs, les gens « d'en bas » considéreraient enfin que l'Assemblée nationale travaille pour eux. Ils auraient envie d'élire des majorités qui vont les représenter, disposer de ministres qui défendent leurs intérêts... Cette recomposition, les partis politiques n'ont pas voulu l'entreprendre, alors que le corps électoral l'attendait depuis des années. 

Source