jeudi 20 avril 2017

De Roux

Dominique de Roux écrivain, éditeur, défenseur et "passeur" de Céline, Gombrowicz, Pound, de Mao poète et De Gaulle styliste, ou encore de la beat génération et lança la célèbre série des Cahiers de l'Herne.

...Dominique de Roux était né (...) d'une aristocratie qui répugnait viscéralement aux compromis politiciens de la bourgeoisie d'opportunité et qui s'encombrait d'enfantillages honorables. Né vieux d'une certaine manière; mais, au terme d'incessantes métamorphoses qui conjurèrent un désespoir bernanosien et la hantise de l'irrémédiable d'un grand cardiaque, mort jeune, (...) à l’avant-garde chimérique de l’avenir. Homme de reconquête et de renaissance, rebelle absolu prenant tous les risques, y compris celui de se compromettre en scandalisant les prudents et les imbéciles, jamais là où la routine et les bien-pensants s’attendaient à le trouver; anti-gaulliste au temps où le gaullisme des usufruitiers se confondait avec la bassesse réaliste d’une roture frileuse, gaulliste éperdu et oraculaire en réinventant un gaullisme proche de son origine aventureuse, instrument révolutionnaire d’une subversion universelle, peut-être dans le souvenir de Maurras de Kiel et Tanger. L'itinéraire qui le mena de la clandestinité de l'Algérie française au maquis angolais de Jonas Savimbi semblait labyrinthique alors qu'il traçait la ligne droite de la rectitude essentielle, épousait l'élan d'une recherche intrépide du royaume des chouans et des canuts, commando du peuple rimbaldien...
(extrait de l'hommage de Pol Vandromme in Bulletin célinien)

A lire : Jean-Luc Barré, Dominique de Roux, le provocateur (1935-1977), Éd. Fayard