mardi 11 avril 2017

Alerte à la panne d’intelligence ? Notre durée d’attention moyenne est en chute libre depuis l’an 2000 : que se passe-t-il ?


Selon une étude de Microsoft, la capacité de concentration de l'homme moyen a chuté de manière considérable. De 12 secondes en 2000, la capacité d'attention avant d'être distrait s'est réduite à seulement huit secondes. Une chute vertigineuse qui classe notre espèce derrière...le poisson rouge. Les nouvelles technologies sont-elles à ce point synonymes de progrès?

Atlantico : La continuelle émergence de nouvelles sources de distraction a fait plonger notre capacité de concentration sur un seul et même sujet de 12 secondes en 2008 à 8 secondes 5 ans plus tard. Est-ce vraiment une régression ? 
Philippe Vernier : D'abord il convient de revenir un instant sur cette étude. Elle semble relativement sérieuse mais elle n'est pas présentée comme scientifique. Il faut alors prendre les résultats avec précaution tant que la méthodologie n'est pas plus clairement exprimée. Peut-être cette étude a été appliquée à des sujets qui ont une exposition exagérée ou particulière à de nombreux distracteurs. 

Je ne suis pas sûr que cela soit représentatif à propos de l'ensemble de la population, il faut être prudent. Il y a certainement une tendance réelle qui se dessine dans cette étude, il est certain que le fait d'être exposé à des changements d'attention rapides et fréquents est une source de diminution d'attention.

Avec l'émergence des nouvelles technologies et la hausse des sollicitations cognitives n'avons-nous pas développé une aptitude à faire plusieurs choses à la fois ? 
Oui et non, il faut faire attention car la capacité ou plutôt le fait de faire plusieurs choses en même temps, ce qu'on appelle le "multitasking" n'augmente pas l'efficacité des actions. Au contraire ça les diminue. Quand on répond au portable quand on conduit, on fait les deux choses moins bien. Cela a été étudié dans beaucoup d'études du MIT, lorsque l'on fait du "multitasking", on fait tout moins vite. Après tout dépend de la nature des tâches. Ecouter de la musique lorsque l'on fait du vélo ne pose pas de problèmes et n'impacte pas l'activité principale. Mais si vous écrivez un sms lorsque vous conduisez, vous ferez les deux choses moins bien et cela peut en plus être dangereux. 

En revanche, avec l'entraînement, les personnes qui ont l'habitude de "switcher" le font mieux. Comme tout, cela s'apprend. Lorsque l'on pratique, on améliore ses capacités. Mais quand l'aptitude de faire plusieurs choses à la fois est améliorée, c'est au détriment de l'attention que l'on porte à chacune des tâches. C'est un vrai problème dans beaucoup de métiers. Dans certaines circonstances cette capacité à faire plusieurs choses à la fois se fait au détriment de la concentration. Est-il possible de regagner ce temps perdu ? Peut-on s'entraîner à développer notre attention pour se focaliser sur une chose à la fois? 

Oui et c'est très important. Cela se travaille, il faut arriver petit à petit à se mettre dans des bonnes conditions pour être plus concentré et éviter les distractions, le bruit ou les sollicitations extérieures. C'est une capacité qui se doit d'être travaillée, d'autant plus que cette capacité d'attention a tendance à diminuer avec l'âge. Les personnes âgées ont plus de difficultés à rester concentrées en particulier dans des situations où il y a des sollicitations extérieures. 

Les neuropsychologues pour les personnes âgées recommandent de s'entraîner à travailler dans un milieu calme et essayer d'augmenter petit à petit le temps de travail sur un sujet donné et surtout de garder la motivation. C'est plus facile de travailler longtemps sur un sujet intéressant qu'ennuyeux donc il faut trouver des moyens de rendre attractif l'apprentissage ou l'attention. Aujourd'hui on utilise beaucoup les "serious game" pour renforcer nos capacités d'attention. La vidéo a une vertu considérable, une image en mouvement ou le fait de pouvoir changer le support visuel de ce que l'on apprend, cela permet de maintenir l'attention. Nous sommes plus attentif à un sujet qui bouge qu'à quelque chose de fixe. C'est plus facile d'apprendre avec un professeur qui parle que de lire des lignes.