lundi 27 mars 2017

Saboter toute instance de représentation. Généraliser la palabre. Abolir les assemblées générales.

 Tout mouvement social rencontre comme premier obstacle, bien avant la police proprement dite, les forces syndicales et toute cette microbureaucratie dont la vocation est d'encadrer les luttes. Les communes, les groupes de base, les bandes se défient spontanément d'elles. C'est pourquoi les parabureaucrates ont inventé depuis vingt ans les coordinations qui, dans leur absence d'étiquette, ont l'air plus innocentes, mais n'en demeurent pas moins le terrain idéal de leurs manœuvres. Qu'un collectif égaré s'essaie à l'autonomie et ils n'ont alors de cesse de le vider de tout contenu en en écartant résolument les bonnes questions. Ils sont farouches, ils s'échauffent ; non par passion du débat, mais dans leur vocation à le conjurer. Et quand leur défense acharnée de l'apathie a enfin raison du collectif, ils en expliquent l'échec par le manque de conscience politique. Il faut dire qu'en France, grâce notamment à l'activité forcenée des différentes chapelles trotskistes, ce n'est pas l'art de la manipulation politique qui fait défaut dans la jeunesse militante. De l'incendie de novembre 2005, ce n'est pas elle qui aura su tirer cette leçon : toute coordination est superflue là où il y a de la coordination, les organisations sont toujours de trop là où l'on s'organise. 
     Un autre réflexe est, au moindre mouvement, de faire une assemblée générale et de voter. C'est une erreur. Le simple enjeu du vote, de la décision à remporter, suffit à changer l'assemblée en cauchemar, à en faire le théâtre où s'affrontent toutes les prétentions au pouvoir. Nous subissons là le mauvais exemple des parlements bourgeois. L'assemblée n'est pas faite pour la décision mais pour la palabre, pour la parole libre s'exerçant sans but. 
     Le but de se rassembler est aussi constant, chez les humains, qu'est rare la nécessité de décider. Se rassembler répond à la joie d'éprouver une puissance commune. Décider n'est vital que dans les situations d'urgence, où l'exercice de la démocratie est de toute façon compromis. Pour le reste du temps, le problème n'est celui du "caractère démocratique du processus de prise de décision" que pour les fanatiques de la procédure. Il n'y a pas à critiquer les assemblées ou à les déserter, mais à y libérer la parole, les gestes et les jeux entre les êtres.Il suffit de voir que chacun n'y vient pas seulement avec un point de vue, une motion, mais avec des désirs, des attachements, des capacités, des forces, des tristesses et une certaine disponibilité. Si l'on parvient ainsi à déchirer ce fantasme de l'Assemblée Générale au profit d'une telle assemblée des présences, si l'on parvient à déjouer la toujours renaissante tentation de l'hégémonie, si l'on cesse de se fixer la décision comme finalité, il y a quelques chances que se produise une de ces prises en masse, l'un de ces phénomènes de cristallisation collective où une décision prend les êtres, dans leur totalité ou seulement pour partie. 
     Il en va de même pour décider d'actions. Partir du principe que "l'action doit ordonner le déroulement d'une assemblée", c'est rendre impossible tant le bouillonnement du débat que l'action efficace.Une assemblée nombreuse de gens étrangers les uns aux autres se condamne à commettre des spécialistes de l'action, c'est-à-dire délaisser l'action pour son contrôle. D'un côté, les mandatés sont par définition entravés dans leur action, de l'autre, rien ne les empêche de berner tout le monde. 
     Il n'y a pas à poser de forme idéale à l'action. L'essentiel est que l'action se donne une forme, qu'elle la suscite et ne la subisse pas. Cela suppose le partage d'une même position politique, géographique - comme les sections de la Commune de Paris pendant la Révolution française -, ainsi que le partage d'un même savoir circulant. Quant à décider d'actions, tel pourrait être le principe : que chacun aille en reconnaissance, qu'on recoupe les renseignements, et la décision viendra d'elle-même, elle nous prendra plus que nous ne la prendrons. La circulation du savoir annule la hiérarchie, elle égalise par le haut. Communication horizontale, proliférante, c'est aussi la meilleure forme de coordination des différentes communes, pour en finir avec l'hégémonie. 

comité invisible, L'insurrection qui vient