mercredi 1 mars 2017

Les industriels appellent cela "programmer l'obsolescence"...


« Le lundi matin, tu te rends à la Rosse avec des pieds de plomb. Tu songes à l’impitoyable sélection du Marketing-Roi. Autrefois il existait soixante variétés de pommes : aujourd’hui n’en subsistent que trois (la golden, la verte et la rouge). Autrefois les poulets mettaient trois mois à être adultes ; aujourd’hui entre l’œuf et le poulet vendu en hypermarché s’écoulent seulement 42 jours dans des conditions atroces (25 bêtes par mètre carré, nourries aux antibiotiques et anxiolytiques). Jusque dans les années 70, on distinguait dix goûts de camemberts normands différents ; aujourd’hui au maximum trois (à cause de la normalisation du lait « thermisé »). Cela n’est pas ton œuvre mais est ton monde. Dans le Coca-Cola (un milliard et demi d’euros de budget publicitaire en 1997), on ne met plus de cocaïne mais de l’acide phosphorique et de l’acide citrique pour donner l’illusion de la désaltération et créer une accoutumance artificielle. Les vaches laitières sont nourries avec du fourrage ensilé qui fermente et leur donne des cirrhoses ; on les alimente également d’antibiotiques qui créent des souches de bactéries résistantes, lesquelles survivent ensuite dans la viande vendue (sans mentionner les farines carnées qui provoquent l’encéphalite spongiforme bovine, on ne va pas revenir là-dessus, c’était dans tous les journaux). Le lait de ces mêmes vaches contient de plus en plus de dioxines, suite à la contamination de l’herbe broutée. Les poissons d’élevage sont nourris, eux aussi, de farines de poisson (aussi nocives pour eux que les farines de viande pour les bovins) et d’antibiotiques… En hiver, les fraises transgéniques ne gèlent plus grâce à un gène emprunté à un poisson des mers froides. Les manipulations génétiques introduisent du poulet dans la pomme de terre, du scorpion dans le coton, du hamster dans le tabac, du tabac dans la laitue, de l’homme dans la tomate.
            Parallèlement, de plus en plus de trentenaires attrapent des cancers du rein, de l’utérus, du sein, de l’anus, de la thyroïde, de l’intestin, des testicules et les médecins ne savent pas pourquoi. Même les enfants sont concernés : augmentation du nombre de leucémies, recrudescence des tumeurs cérébrales, épidémies de bronchiolites à répétition dans les grandes villes… Selon le professeur Luc Montagnier, l’apparition du sida ne s’explique pas seulement par la transmission du virus VIH (qu’il a découvert) mais aussi par des cofacteurs « liés à notre civilisation » : il a mentionné « la pollution » et « l’alimentation », qui affaibliraient nos défenses immunitaires. Chaque année, la qualité du sperme diminue ; la fertilité humaine est menacée.
            Cette civilisation repose sur les faux désirs que tu conçois. Elle va mourir et ce sera ta faute.
            Là où tu travailles, beaucoup d’informations circulent : ainsi apprends-tu, incidemment, qu’il existe des machines à laver incassables qu’aucun fabricant ne veut lancer sur le marché ; qu’un type a inventé un bas qui ne file pas mais qu’une grande marque de collants lui a racheté son brevet pour le détruire ; que le pneu increvable reste aussi dans les tiroirs (et ceci au prix de milliers d’accidents mortels chaque année) ; que le lobby pétrolier fait tout ce qui est en son pouvoir pour retarder la généralisation de l’automobile électrique ; que même le dentifrice est un produit inutile puisque tout le soin dentaire réside dans le brossage, la pâte ne servant qu’à rafraîchir l’haleine ; que les liquide-vaisselle sont interchangeables et que d’ailleurs c’est la machine qui effectue tout le lavage ; que les Compact Disc se rayent autant que les vinyles ; que le papier d’aluminium est plus contaminé que l’amiante ; que la formule des crèmes solaires est restée inchangée depuis la guerre, malgré la recrudescence des mélanomes malins (les crèmes solaires ne protègent que contre les UVB mais pas contre les nocifs UVA) ; que les campagnes publicitaires de Nestlé pour fourguer du lait en poudre aux nourrissons du Tiers-Monde ont entraîné des millions de morts (les parents mélangeant le produit avec de l’eau non potable).

Le règne de la marchandise suppose qu’on en vende : ton boulot consiste à  convaincre les consommateurs de choisir le produit qui s’usera le plus vite. Les industriels appellent cela « programmer l’obsolescence ».

Frédéric Beigbeder, 99 francs