lundi 6 mars 2017

Le travail a triomphé sans reste de toutes les autres façons d'exister


La confusion des sentiments qui entoure la question du travail peut s'expliquer ainsi : la notion de travail a toujours recouvert deux dimensions contradictoires : une dimension d'exploitation et une dimension de participation. Exploitation de la force de travail individuelle et collective par l'appropriation privée ou sociale de la plus-value ; participation à une œuvre commune par les liens qui se tissent entre ceux qui coopèrent au sein de l'univers de la production. Ces deux dimensions sont vicieusement confondues dans la notion de travail, ce qui explique l'indifférence des travailleurs, en fin de compte, à la rhétorique marxiste, qui dénie la dimension de participation, comme à la rhétorique managériale, qui dénie la dimension d'exploitation. D'où aussi, l'ambivalence du rapport au travail, à la fois honni en tant qu'il nous rend étranger à ce que nous faisons et adoré en tant que c'est une part de nous-mêmes qui s'y joue. Le désastre, ici, est préalable : il réside dans tout ce qu'il a fallu détruire, dans tous ceux qu'il a fallu déraciner pour que le travail finisse par apparaître comme la seule façon d'exister. L'horreur du travail est moins dans le travail lui-même que dans le ravage méthodique, depuis des siècles, de tout ce qui n'est pas lui : familiarités de quartier, attachement à des lieux, à des êtres, à des saisons, à des façons de faire et de parler. 
     Là réside le paradoxe actuel : le travail a triomphé sans reste de toutes les autres façons d'exister, dans le temps même où les travailleurs sont devenus superflus. Les gains de productivité, la délocalisation, la mécanisation, l'automatisation et la numérisation de la production ont tellement progressé qu'elles ont réduit à presque rien la quantité de travail vivant nécessaire à la confection de chaque marchandise. Nous vivons le paradoxe d'une société de travailleurs sans travail, où la distraction, la consommation, les loisirs ne font qu'accuser encore le manque de ce dont ils devraient nous distraire. La mine de Carmaux, qui se rendit célèbre pour ses grèves violentes, a été reconvertie en Cap Découverte. C'est un "pôle multiloisir" où l'on fait du skateboard et du vélo, et qui se signale par un "musée de la Mine" dans lequel on simule des coups de grisou pour le vacanciers. 
     Dans les entreprises, le travail se divise de façon toujours plus visible en emplois hautement qualifiés de recherche, conception, contrôle, coordination, communication liés à la mise en œuvre de tous les savoirs nécessaires au nouveau processus de production cybernétisé, et en emplois déqualifiés d'entretien et surveillance de ce processus. Les premiers sont en petit nombre, très bien payés et donc si convoités que la minorité qui les accapare n'aurait pas idée d'en laisser une miette lui échapper. Leur travail et eux ne font effectivement qu'un en une étreinte angoissée. Managers, scientifiques, lobbyistes, chercheurs, programmeurs, développeurs, consultants, ingénieurs ne cessent littéralement jamais de travailler. Même leurs plans cul augmentent leur productivité. "Les entreprises les plus créatives sont aussi celles où les relations intimes sont les plus nombreuses", théorise un philosophe pour DRH. "Les collaborateurs de l'entreprise, confirme celui de Daimler-Benz, font partie du capital de l'entreprise {...} Leur motivation, leur savoir-faire, leur capacité d'innovation et leur souci des désirs de la clientèle constituent la matière première des services innovants {...} Leur comportement, leur compétence sociale et émotionnelle ont un poids croissant dans l'évaluation de leur travail {...} Celui-ci ne sera plus évalué en nombres d'heures de présence mais sur la base des objectifs atteints et de la qualité des résultats. Ils sont des entrepreneurs." 
     L'ensemble des tâches qui n'ont pu être déléguées à l'automation forment une nébuleuse de postes qui, pour n'être pas occupables par des machines, sont occupables par n'importe quels humains - manutentionnaires, magasiniers, travailleurs à la chaîne, saisonniers, etc. Cette main-d’œuvre flexible, indifférenciée, qui passe d'une tâche à une autre et ne reste jamais longtemps dans une entreprise, ne peut plus s'agréger en une force, n'étant jamais au centre du processus de production mais comme pulvérisée dans une multitude d'interstices, occupée à boucher les trous de ce qui n'a pas été mécanisé. L'intérimaire est la figure de cet ouvrier qui n'en est plus un, qui n'a plus de métier mais des compétences qu'il vend au fil de ses missions, et dont la disponibilité est encore un travail. 

comité invisible, L'insurrection qui vient