jeudi 16 mars 2017

Emile Pouget : le sabotage

Emile Pouget est l’un des militants les plus représentatifs du mouvement ouvrier français. Son influence fut primordiale à la fin du XIXeme siècle et au début du XXe.
Né en 1860 à Salles-de-Source, dans l’Aveyron, il grandit dans un milieu familial d’idées avancées où il était question de socialisme de phalanstères. En 1871, le procès des communards de Narbonne eut un retentissement dans les villages de la région. Après des débuts au lycée de Rodez, il doit gagner sa vie et en 1875 vint à Paris, où il fut employé dans un grand magasin ; il fréquentait les réunions publiques, le milieu des disciples de Bakounine appelé le « demi-quarteron », qui se réunissait chez le père Rousseau,et qui contribua à la reconstitution des premiers groupements de travailleurs et à la fondation en 1879 d’un syndicat des employés, le sien. Il était de toutes les manifestations et, en 1883, à l’occasion d’un meeting convoquant les sans-travail à l’esplanade des Invalides, des boulangeries furent pillées sur le parcours et il fut arrêté, place Maubert, en essayant de délivrer Louise Michel. Condamné en cour d’assises à huit ans de réclusion (libéré par une amnistie au bout de trois), il rentra dans la vie active comme représentant en librairie et reprit la propagande révolutionnaire.
En 1889, il édite avec Constant Martin le Ca ira, où il commençait à écrire dans la langue parlée, cette langue comprise dans toute la France et qui plaisait aux travailleurs ; il continue par de nombreuses affiches, puis il entreprit le Père peinard. Toujours aussi poursuivi, aussi aimé, le Père peinard pénétrait jusque dans les villages les plus reculés où il éveillait l’activité sociale. Antiparlementaire, antimilitariste, anticlérical, il s’attaquait non aux personnes mais aux institutions et aux injustices, au capital surtout, mais aussi à toutes les duperies, y compris celle des partis ouvriers à l’égard du peuple, essentiellement le guesdisme.
Pouget voulait réveiller le peuple pour l’action sociale révolutionnaire et se solidarisait dans ce sens avec toutes les formes d’activités sociales, individuelles et collectives, conscientes ou non.
Anarchiste de tempérament, il avait vu aussi dans l’action syndicale un moyen d’inciter les classes populaires à la révolution et il s’y consacra principalement à partir de 1894, sans doute à la suite de nombreuses conversations avec Pelloutier.
Le Père Peinard préconise dès 1889 la grève générale et l’action directe ; il préconisa aussi en 1894 l’entrée des anarchistes dans les syndicats. En 1895, il utilise le terme de sabotage dans le Père peinard. Son espoir était celui d’un quotidien pour toutes les tendances révolutionnaires ; il participa au Journal du Peuple de Sébastien Faure en pleine affaire Dreyfus. Le congrès des syndicats de Toulouse, en 1900, décide la création d’un organe de presse syndicaliste, la Voix du peuple, dont Pouget est le secrétaire de rédaction à partir du 1er décembre 1900 en tant que secrétaire adjoint de la C.G.T. Ses campagnes principales ont été la lutte contre les bureaux de placement, la revendication du repos hebdomadaire, de la journée de huit heures, la propagande antimilitariste.

Emile Pouget, Le sabotage, Mille et une nuits, 114 p, 2,50€