lundi 20 mars 2017

Du droit de l'atome a l'atomisation du droit


La question du nucléaire au niveau international a suscite de longs debats depuis les deux bombes lancées au Japon et à fait couler beaucoup d'encre, ainsi la liste non exhaustive des traites et autres accords:

- Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons ou le fameux TNP en France

- Treaty Banning Nuclear Weapon Tests in the Atmosphere, in Outer Space and Under Water (PTBT)

-Treaty Between the USA and the USSR on the Limitation of Underground Nuclear Weapon Tests [Threshold Test Ban Treaty]

- Treaty Between the USA and the USSR on Underground Nuclear Explosions for Peaceful Purposes

- Treaty for the Prohibition of Nuclear Weapons in Latin America [Treaty of Tlatelolco]

- South Pacific Nuclear Free Zone Treaty of Rarotonga

Ces exemples montrent l'engagement des Etats - dont vous pouvez trouvez les signataires facilement - a l'égard de la question des armes nucléaires. Et pourtant, sans bercer dans la polémique de bistrot, le docteur Michio Kaku (professeur de physique nucléaire a l'université de New York) et le docteur Daniel Axelroad (professeur de physique a l'Université du Michigan) ont écrit un livre, 'To Win a Nuclear War' avec un sous-titre autant expressif, 'The Pentagon's Secret War Plans'.

Je suis désolé pour les non-anglicistes si les passages en anglais ne sont pas traduits, mais ils sont explicites. Seuls quelques exemples seront donnes ici:

"- la question des bombes en Mandchourie: en 1952 (soit 7 ans après Hiroshima et Nagasaki), nous sommes en pleine guerre de Corée et l'élection d'Eisenhower est pour certain la fin du débat sur la question de la bombe nucléaire voulue par MacArthur et le président ne voulant pas, mais les documents déclassifiés montrent que l'interprétation est incorrecte. "Because of the development of the Mark IX and the W-19, miniature atomic bombs which could be fired from a 280 mm howitzer [piece d'artillerie], the idea of using nuclear weapons in Korea suddenly became more attractive to the Pentagon". Allant plus loin dans le sujet, les américains pensaient en plaçant leur espoir en lui qu'Eisenhower conclurait une "paix honorable", après tout s'étant présenté comme le "candidat de la paix", cependant, il a sérieusement pensé à l'avantage de l'utilisation d'armes nucléaires en Corée: "To keep the attack from becoming costly, it was clear that we would have to use atomic weapons. This necessity was suggested to me by General MacArthur while I, as President-elect, was still living in New York. [...] We would not be limited by any world-wide gentleman's agreement".

- un usage légitimé par une doctrine : cet usage des armes est banal si l'on suit la ligne de conduite que suivait par exemple Robert McNamara et Paul Henri Nitze durant la guerre du Vietnam, qui étaient profondément influencés par les travaux du professeur a Harvard Thomas C. Schelling, qui a developpe une theorie denommée "la diplomatie de la violence" dans son ouvrage "Arms and Influence" en 1966. Il clamait que "l'art de la coercition" a travers la superiorité militaire et le "pouvoir de blesser" étaient des figures fondamentales des interactions humaines: "Violence - pure pain and damage - can be used or threatened to coerce and to deter, to ontimidate and to blackmail, to demoralize and to paralyze, in a conscious process of dirty bargaining...The power to hurt is bargaining power. To exploit it is diplomacy - vicious diplomacy, but diplomacy".

- sur la guerre du Vietnam en elle-meme: le Gal William Westmoreland le 1er Fevrier 1968 a reçu un document Top secret de la part de son Etat major, plus particulierement le Gal Wheeler, soulevant la question de savoir si les armes nucléaires tactiques devaient être utilisées si la situation à Khe Sanh (bataille dont l'enjeu etait assez important pour l'issue de la guerre) devenait désesperée. En 1976 dans le journal 'A Soldier Reports' (p 338, Westmoreland sembe regretter que les bombes nucléaires n'aient pas été utilisées a Khe Sanh: "If Washington officials were so intent on sending a message to Hanoi, surely small tactical nuclear weapons would be a way to tell Hanoi something, as two atomic bombs had spoken convincingly to Japanese officials during Wolrd War II and the threat of atomic bombs induced the North Koreans to accept meaningful negotations during the Korean War. It could be that the use of a few small tactical nuclear weapons in Vietnam might have quickly brought the war there to an end".

- enfin, dernier exemple, qui touche un peu plus a nos sujets d’actualité, la question des bombes atomiques sur l'Iran: quand Mossadegh en 1953 a nationalisé l'Anglo-Iranian Oil Company, le département d’état a avalisé la CIA a remettre en place le Shah d'Iran, le 22 Aout de la même année les émeutes préparées depuis Langley sont une réussite. Les plus grands vainqueurs de l’Opération Ajax (qui a ete tenue pour modèle pendant des décennies pour toutes les autres missions du même genre tout autour de la planète) étant les compagnies pétrolières américaines qui ont partage ensuite les recettes. Revenons a nos moutons, entre la pauvreté et les méthodes brutales du SAVAK (services de sécurité intérieure et de renseignement du Shah d'Iran), le régime est renverse en 1979, avec l’épisode le 4 Novembre de l'invasion de l'ambassade américaine en Iran, impliquant des interactions avec l'Union soviétique. Le 2 Février 1980, les détails d'une dissuasion nucléaire étaient rendus publics dans l'article "Capabilities in the Persian Gulf", provenant d'un rapport secret du Pentagone. En première page du rapport on peut lire "Study Says a Soviet Move in Iran Might Require U.S. Atom Arms". Plus loin dans l'article on peut voir "To prevail in an Iranian scenario, we might have to threaten or make use of tactical nuclear weapons". Le rapport était vague concernant quelles armes nucléaires pourraient être précieusement utilisées dans un conflit avec les soviétiques, mais l'article a été clarifie par un 'ancien officiel du Pentagone' qui a dit que ce seraient des missiles de croisière comprenant des armes nucléaires lances de bateaux dans l’Océan indien. Le missile de croisiere étant une arme d'intervention dans le Tiers-monde, non premièrement dirige contre la zone soviétique.

NMH