jeudi 16 mars 2017

Créer des territoires. Multiplier les zones d'opacité


De plus en plus de réformistes conviennent aujourd'hui qu'"à l'approche du peak oil", et "pour réduire les émissions de gaz à effet de serre", il va bien falloir "relocaliser l'économie", favoriser l'approvisionnement régional, les circuits courts de distribution, renoncer à la facilité des importations lointaines, etc. Ce qu'ils oublient, c'est que le propre de tout ce qui se fait localement en fait d'économie est de se faire au noir, de manière "informelle"; que cette simple mesure écologique de relocalisation de l'économie implique rien moins que de s'affranchir du contrôle étatique, ou de s'y soumettre sans réserve. 
     Le territoire est le produit de plusieurs siècles d'opérations de police. On a refoulé le peuple hors de ses campagnes, puis hors de ses rues, puis hors de ses quartiers et finalement hors de ses halls d'immeuble, dans l'espoir dément de contenir toute vie entre les quatre murs suintants du privé. La question du territoire ne se pose pas pour nous comme pour l’État. Il ne s'agit pas de le tenir. Ce dont il s'agit, c'est de densifier localement les communes, les circulations et les solidarités à tel point que le territoire devienne illisible, opaque à toute autorité. Il n'est pas question d'occuper, mais d'être le territoire. 
     Chaque pratique fait exister un territoire - territoire du deal ou de la chasse, territoire des jeux d'enfants, des amoureux ou de l'émeute, territoire du paysan, de l'ornithologue ou du flâneur. La règle est simple : plus il y a de territoires qui se superposent sur une zone donnée, plus il y a de circulation entre eux, et moins le pouvoir trouve de prise. Bistrots, imprimeries, salles de sport, terrains vagues, échoppes de bouquinistes, toits d'immeubles, marchés improvisés, kebabs, garages, peuvent aisément échapper à leur vocation officielle pour peu qu'il s'y trouve suffisamment de complicités. L'auto-organisation locale, en surimposant sa propre géographie à la cartographie étatique, la brouille, l'annule ; elle produit sa propre sécession. 

comité invisible, L'insurrection qui vient