jeudi 9 mars 2017

A peine sorti de prison, le fils de Marisol Touraine bénéficie d’un passe-droit

Le fils de la ministre de la santé avait déjà été incarcéré en 2013 dans le quartier VIP de la prison de la Santé après avoir séquestré et volé une sexagénaire. Peu de temps après sa sortie, celui-ci refait parler de lui et pas dans le bon sens. Eugénie, une infirmière en puériculture de 29 ans raconte comment Gabriel Reyverand de Menthon a remis en cause tous ses projets par son comportement inconscient et surtout comment il n’a jamais été inquiété par la justice dans cette affaire. Le 16 janvier dernier, aux alentours de 22h sur le boulevard du Port Royal à Paris, le fils de Marisol Touraine promène sa chienne sans laisse, un American Staff. 

Sa chienne se met alors à attaquer le petit cocker d’Eugénie. qui tente de les séparer et se fait mordre à son tour. Gabriel Reyverand de Menthon a, à son tour, tenté de reprendre le contrôle de son chien. Il a ensuite demandé à sa compagne de rentrer à la maison avec la chienne. Puis, il a supplié Eugénie de ne pas porter plainte en lui expliquant que son animal serait certainement piqué. 

Gravement touché, le cocker a dû subir deux opérations et le vétérinaire a expliqué à Eugénie l’importance de porter plainte pour éviter que l’animal ne puisse recommencer. Arrivée sur les lieux peu de temps après l’incident après avoir été appelés par des voisins, les policiers donnent rendez-vous à la victime le lendemain au commissariat. 

Mais une fois au poste de police, on explique à Eugénie que rien n’a été fait dans les règles et que le maître de l’American Staff n’a jamais été amené au commissariat. Un agent lui précise néanmoins qu’il s’agit du fils de Marisol Touraine et qu’il a donc les moyens de payer. 

Sauf qu’après avoir appris qu’Eugénie avait aussi dû être hospitalisée à cause de l’infection de sa plaie, Gabriel Reyverand de Menthon a expliqué qu’il allait demander l’aide de sa mère mais n’a plus jamais donné de nouvelles après cela. Aujourd’hui, Eugénie est desespérée. 

A cause des 700 euros de frais vétérinaires, elle a dû annuler de nombreux projets avec son compagnon avec qui elle économisait pour se marier l’été prochain. Mais ce n’est pas tout. Avec son opération, Eugénie n’a pas pu se présenter à son travail pendant plusieurs jours alors qu’elle est en CDD. Elle a peur aujourd’hui que ces absences lui portent préjudice pour obtenir un CDI. De son côté, la police ne donne plus aucune nouvelle non plus.