dimanche 5 février 2017

Et il y avait les hussards...

J'espère que le Saint-Germain-des-Prés d'avant la colonisation de la boutique pardonnera à la province belge d'avoir eu connaissance de cet article par ouï-dire. Il y avait les grognards, survivant en bêtes de somme aux batailles perdues de l'avant-garde littéraire, et il y avait les hussards, cavaliers fiers de leur panache, cavaleurs sûrs de leur charme, qui faisaient la guerre de la modernité en passéistes contre-révolutionnaires. La première fois que je lus ce texte, ce fut dans le contexte de l'époque où il avait été écrit. Je maudissais le malotru officiel, poser de la première pierre d'une école qui obligerait Laurent-Nimier-Blondin à penser en groupe, à écrire sur ordonnance, à pétitionner ensemble. Me priver de leur littérature buissonnière, alors qu'on répétait avec Boisdeffre que j'en étais le critique de soutien, quel scandale ! 

Pol Vandromme, Bivouacs d'un hussard