samedi 18 février 2017

Allemagne : selon le ministère de l’Intérieur, 92 % des "antifas" habitent encore chez maman


Le nombre des délits avec violence des antifas augmente : entre 2009 et 2013 il y a eu en tout 1 523 faits avérés, plus du double de la période 2003-2008. « La grande majorité des délits politiques avec violences sont issus de la scène politique de gauche », a déclaré le sénateur Frank Henkel (CDU). 

Les services du ministère de l’Intérieur ont établi le portrait moyen des auteurs de ces faits, que Bild dévoile en exclusivité : c’est un homme jeune, qui a entre 21 et 24 ans, qui n’a malgré son niveau scolaire le plus souvent aucun travail, et 92 % d’entre eux vivent encore chez maman.

D’autres informations à propos des auteurs de ces actes :
- Parmi les 873 suspects appréhendés, il y a une proportion de 84 % d’hommes, donc 16 de femmes, et 72 % d’entre eux ont entre 18 et 29 ans.
- Les 9 dixièmes d’entre eux ne sont pas en couple.
- Un sur deux vient du quartier de Kreuzberg ou de Neukölln, 34 % n’ont pas dépassé le niveau de la seconde, 29 % ont le niveau du Bac. Un tiers est chômeur.
- Un sur dix a commis plus d’un acte délictueux, l’un en a même commis 12. Quatre sur dix étaient des multirécidivistes.

Voici leurs délits 
- Dans 95% des cas, ce sont des violences sur des biens publics, sur des personnes, des incendies et de la résistance aux forces de l’ordre.
- La plupart des faits ont eu lieu dans les quartiers de Friedrichshain, Kreuznberg et du Centre (à 58 %), dont plus de la moitié au cours de manifestations.
- Entre 2009 et 2013 ces radicaux de gauche ont commis 11 tentatives d’assassinat et deux homicides.

Qui sont leurs victimes ? 
- 902 de ces délits sont dirigés contre des personnes (soit 59 %), les quatre cinquièmes contre des policiers.
- 15 % contre des extrémistes de droite.
- En ce qui concerne les atteintes aux biens, l’incendie de véhicule vient en tête des délits avec 62 % d’entre eux. Dans 58 cas ce sont des véhicules de police qui ont été incendiés.