mercredi 25 janvier 2017

Soigne et tais-toi : épisode 2

Ce 24 janvier 2017, à l’appel de 14 organisations professionnelles, les infirmières des secteurs public et privé, les libérales, celles spécialisées et les étudiants infirmiers ont organisé une nouvelle journée de grève et de manifestation pour dénoncer leurs conditions de travail qui malgré une précédente mobilisation ne s’améliorent pas. 

En effet, le 8 novembre 2016, tous avaient déjà manifesté leur mécontentement face à la dégradation des services de Santé, les tragiques évènements de l’été (5 suicides d’infirmiers durant l’été), le mal-être des professionnels de la Santé et le silence de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. 

Leurs revendications restent inchangées : 
  • exercer leur métier en sécurité (l’insécurité ne cesse de croître pour les soignants sur leur lieu de travail) 
  • améliorer leurs conditions de travail en embauchant du personnel, ouvrant des lits pour les malades et augmentant leurs moyens matériels 
  • que leur rôle et compétences soient reconnus et qu’on arrête les glissements de tâches - que les étudiants puissent bénéficier d’une formation de qualité 
  • que les infirmiers libéraux puissent exercer pleinement leurs compétences - que la profession soit reconnue financièrement 
Depuis, rien n’a changé. Les suppressions de postes (départs non remplacés, objectif : -22000 postes) et les suppressions de lits (depuis 10ans, près de 100000 lits ont été supprimés) continuent sans relâche pour un objectif d’une économie de trois milliards d’euros en trois ans. 

Parmi les autres réformes économiques, pour l’APHP, le Plan Hirsch, qui, en maintenant les 35 heures à l’hôpital, réduit le temps de travail journalier de quelques minutes pour supprimer des jours de repos et pousse le personnel à l’épuisement. 

Nous en voyons les conséquences cet hiver avec l’épidémie de grippe qui frappe le pays : des myriades de malades grippés se présentant dans des services d’urgences débordés avec une difficulté croissante à assurer la prise en charge de ces personnes pour cause de manque de lit pour les hospitaliser. Plusieurs centaines d’hôpitaux ont dû déclencher le plan « Hôpital sous tension » en rappelant le personnel hospitalier en repos pour pallier à la surcharge de travail, bloquant et réservant des lits d’hospitalisation pour accueillir ces patients contagieux porteurs du virus. Certains peuvent attendre plus de 24 heures aux urgences sur un brancard avant qu’on leur trouve une place dans un service. 

A Lyon, dans une maison de retraite, cet hiver, 72 résidents ont été contaminés, parmi eux, 13 sont décédés, et parmi les personnes décédés 6 étaient vaccinés contre la grippe. Et que propose la Ministre de la Santé comme solution ? Il faudrait rendre obligatoire le vaccin antigrippe pour tous les soignants (vaccin qui a démontré, rien que par cet exemple, une efficacité tout de même fort relative mais qui dispensé à grande échelle permet de financer l’industrie pharmaceutique). Les soignants seraient-ils responsables ? Alors que dans certains hôpitaux, faute de lits, les patients contagieux sont installés en chambre double, que le matériel (gants, solutions hydro-alcooliques, essuie-mains, masques de protection…), sont parcimonieusement distribués et souvent en rupture de stock ? Comment empêcher cette contamination virale quand un malade grippé patiente 6 heures dans une salle d’attente bondée aux urgences ? 

Christophe Prudhomme, le porte-parole de l'association des médecins urgentistes de France, le dit, lui-même, lors d’une interview à France Info : Il faut que la ministre reconnaisse, que depuis 30 ans, nous avons mis à mal notre système de santé qui n'est plus capable de répondre chaque année à une épidémie de grippe". "Notre système de santé est à un seuil de dégradation qui ne lui permet plus de répondre à un évènement tout à fait banal qui survient régulièrement". La grippe "se surajoute chez des patients déjà fragiles" atteints de maladies chroniques, d'hypertension, d'insuffisance respiratoire et de diabète. "Cela nécessite de les hospitaliser pour dix ou quinze jours. Aujourd'hui ces lits n'existent plus, parce qu'on les a fermés." Pour lui, "un certain nombre de morts auraient pu être évités si on avait pu prendre en charge les patients dans de meilleures conditions. » 
Collation du personnel soignant

Si les conditions de travail se détériorent de jour en jour, par manque de moyens et de personnels, par l’augmentation de la charge de travail dans un souci d’économie avec moins de temps imparti et toujours moins de professionnels, il faut bien réaliser que ce sont les soignants mais surtout les malades qui en pâtissent. La qualité des soins est moins bonne, la durée d’hospitalisation, impactée par la DMS (Durée Moyenne de Séjour, calculée en divisant de nombre annuel de journées d’hospitalisation pour une pathologie par le nombre de séjours pour cette pathologie), de plus en plus courte et souvent insuffisante, le manque de place dans les hôpitaux et services de convalescence, etc., ne permettent pas de soigner correctement et dans la dignité les patients. 

Malgré tout, personne ne répond à notre détresse. Les soignants sont désemparés de voir à quel point ils sont ignorés. Malgré les suicides et les dépressions qui continuent, les arrêts maladie (difficile d’être en bonne santé et de tenir le coup quand on enchaine entre 7 à 10 jours avec juste une journée de coupure au milieu, sans parler des changements d’horaires) qualifiés d’absentéisme par les directions, les absences non remplacées ( le personnel doit travailler en sous-effectif et assurer le travail du personnel absent), les démissions de plus en plus fréquentes ( à l’hôpital de Dreux , 11 urgentistes ont démissionné en même temps après 7 mois de grève qui n’ont rien donné), des grèves qui s’éternisent (à la maternité de l’hôpital Tenon (Paris) une grève a duré près de 3 semaines en décembre pour dénoncer la réorganisation du service qui double sa capacité de travail sans augmenter le personnel et les moyens, les grévistes n’ont pas été assignés par la direction, donc non payés) et nous pourrions encore citer bien d’autres exemples.

A croire que les grèves et manifestations ne servent à rien. Le personnel est de moins en moins informé des grèves à venir, au mieux un avis est affiché dans certaines salles de repos pour leur laisser la possibilité de s’inscrire en tant que gréviste, sans information sur le motif de la grève. De toute façon, ces journées de grève n’ont que peu d’impact puisque le personnel est assigné et doit assurer les soins comme un jour ordinaire. 

Dernièrement on en est même venu à une sorte de censure. Une interne de l’APHP, Sabrina ALI BENALI a publié plusieurs vidéos interpellant la ministre de la Santé sur les conditions de travail dans les hôpitaux. Ses vidéos ayant été largement relayées sur les réseaux sociaux, elle fut interviewée à la radio. La seule réponse qu’a pu donner Martin Hirsch, Directeur de l’APHP et auteur de la réforme Hirsch (citée un peu plus haut), est qu’elle ne travaillait pas pour l’APHP afin de décrédibiliser ses propos auprès de l’opinion publique. Ces accusations sont fausses, et elle s’en est justifiée publiquement. Mais surtout, quel que soit son statut au sein de l’APHP et le service où elle exerce actuellement, la situation est la même dans une majorité d’hôpitaux français, en service d’urgence comme dans un autre service, à l’APHP ou dans le privé ou même encore en province. 

Une autre technique est de cacher la misère et dire que tout va bien. C’est ce qui s’est produit dernièrement dans les services d’urgence de Corbeil Essonne ou encore de Tours. Les urgences ont été vidées de leur patients, nettoyées, « aseptisées » le temps de la visite des officiels, qui ont pu assurer ensuite aux médias que la situation de crise des hôpitaux était bien maîtrisée. 

Quand remettrons-nous l’Humain au cœur du débat ? L’hôpital, la santé, ce n’est pas juste des soins à la chaine, la rentabilisation du patient ou du soignant, c’est avant tout, l’être Humain, sauver des vies, soigner, apporter du soutien à des personnes malades et en détresse. 

Ce que nous voulons avant tout c’est travailler dans des conditions plus humaines pour prendre soin de la meilleure manière possible des malades. La Santé et la vie ne devraient pas avoir de prix ! 

Morgane