lundi 19 décembre 2016

La Cour des comptes épingle la gestion de Ségolène Royal


Dette importante, recours trop fréquent à l’emprunt, capacité d’autofinancement insuffisante… Un rapport rendu ce jeudi par la Chambre régionale des comptes (CRC) met en avant des faiblesses dans la gestion de la région Poitou-Charentes par l’actuelle ministre de l’Environnement. Cette dernière se dit cependant satisfaite du bilan dressé. 

La Chambre régionale des comptes (CRC) a remis ce jeudi à la commission des finances de la Nouvelle-Aquitaine un rapport sur la gestion discutable de la région Poitou-Charentes par Ségolène Royal, qui en a été la présidente de 2004 à 2014. 

Le document confirme les grandes lignes de deux bilans établis cet été par le cabinet d’audit privé Ernst & Young (EY) et dont les conclusions en matière de dette et d’autofinancement, peu flatteuses pour l’élue socialiste, avaient été vivement critiquées par cette dernière. 

De trop nombreux emprunts ? 
Ségolène Royal avait en effet répondu le 8 décembre dernier en publiant un communiqué intitulé « Rétablir la vérité : la gestion de la région Poitou-Charentes irréprochable ». Dans le document, l’ancienne présidente du conseil régional se félicite des observations de la CRC, encore confidentielles à ce moment-là. 

Ces dernières pointent pourtant du doigt plusieurs défaillances de l’administration de l’ancienne candidate à l'élection présidentielle. Cette dernière, par volonté de ne pas augmenter les impôts de ses administrés, aurait eu recours à de trop nombreux emprunts, parfois dans des proportions supérieures à ses besoins réels. Le but aurait alors été d’augmenter la trésorerie, analyse Le Point. 

Une dette de 457,6 millions d'euros 
Le rapport des magistrats met également en avant les emprunts toxiques parfois plébiscités par les dirigeants de la région Poitou-Charentes alors que les deux autres régions qui forment désormais la Nouvelle-Aquitaine n’avaient pas choisi ce type de produits financiers. 

Conséquence : une dette de 457,6 millions d’euros, dont Ségolène Royal estime le niveau global « inférieur de 25 % à la moyenne nationale et similaire à celui de l'Aquitaine ». La Cour des comptes indique cependant qu’il aurait fallu 18,9 ans à l’ancienne région pour payer sa dette, ce qui place la collectivité au-delà du seuil d’alerte de huit ans et de la limite du surendettement, mais aussi à la dernière place des anciennes régions françaises. 

Discussions prévues le 19 décembre prochain 
Le rapport note enfin qu’en 2015, la capacité d’autofinancement du Poitou-Charentes était négative (- 6,9 millions d’euros), quand celles des régions voisines de l’Aquitaine et du Limousin étaient respectivement de +206,6 et +18,7 millions d’euros. 

Reste que défenseurs et détracteurs de la gestion de Ségolène Royal vont pouvoir prochainement échanger leurs arguments. Le bilan officiel sera en effet discuté par les élus lors de la séance du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine du 19 décembre prochain.