lundi 19 décembre 2016

Allemagne : Les migrants commettraient plus d’agressions sexuelles que la moyenne


Selon plusieurs médias anglais (par exemple l’Express et le Daily Mail), les migrants installés en Allemagne auraient commis 1 576 crimes sexuels en 2015. Le rapport annuel de la police allemande comptabilise 46 081 crimes et délits sexuels pour cette même année. 

Ce chiffre est donc important lorsqu’il est rapporté au pourcentage de la population migrante (1 100 000 arrivées en 2015) dans la population totale vivant en Allemagne (82 162 000 personnes environ en 2015). En effet, 1,3 % de la population vivant en Allemagne commettrait 3,4 % des agressions sexuelles. 

Selon le rapport annuel de la police allemande, 79,5 % des 32 079 suspects en 2015 étaient Allemands et 20,5 % étaient étrangers. Voici donc la segmentation par profil des criminels sexuels en Allemagne en 2015 : 
Allemands : 89 % de la population (73 054 000 environ) – 79,5 % des crimes sexuels (36 634 env.) – 50 crimes pour 100 000 Allemands 
Étrangers : 11 % de la population (9 100 000 env.) – 20,5 % des crimes sexuels (9 447 env.) – 104 crimes pour 100 000 étrangers 
Étrangers hors migrants : 9,7 % de la population (8 000 000 env.) – 17 % des crimes sexuels (7 871 env.) – 98 crimes pour 100 000 étrangers hors migrants. 
Migrants : 1,3 % de la population (1 100 000 env.) – 3,5 % des crimes sexuels (1 576 env.) – 143 crimes pour 100 000 migrants. Concernant les crimes sexuels, la population migrante serait donc 1,5 fois plus criminogène que celle des étrangers et 3 fois plus criminogène que celle des Allemands. 

Si cette sur-représentation énorme était confirmée, elle risquerait de durcir encore un peu plus le débat outre-Rhin au moment où le viol et le meurtre de la jeune Maria, 19 ans, par un migrant n’en finissent plus de susciter la controverse. 

La plus grande chaîne de télévision publique allemande, ARD, avait créé l’émoi en ne parlant pas de cette affaire, considérant qu’il s’agissait d’un simple fait divers. Au contraire, beaucoup d’Allemands avaient estimé que c’était un acte de censure. Selon eux, l’objectif d’ARD aurait été d’étouffer la préoccupation croissante des Allemands quant aux agressions sexuelles commises par des migrants. 

Pour mémoire, les parents de la victime – le père est un haut fonctionnaire de l’Union européenne – auraient demandé que pour les obsèques de leur fille des dons soient effectués à une association qui aide les migrants…