vendredi 18 novembre 2016

Sting, la fille du dictateur Ouzbek et un paquet de dollars


Sting, l'ancien chanteur du groupe The Police, a touché plus d'un million de dollars pour un concert organisé par la fille du dictateur Ouzbek, Islam Karimov. 

D'après The Guardian, Sting aurait été payé entre un et deux millions d'euros pour un concert donné en Ouzbékistan sur l'initiative de la fille du dictateur Islam Karimov. Le président de la république à la tête de l'Ouzbékistan depuis 1990 est condamné unanimement par les organisations humanitaires comme l'ONU ou Amnesty International pour ses répressions brutales, sa pratique de la torture et serait responsable de la catastrophe écologique qui frappe la mer d'Aral, la réduisant à une simple flaque. 

Sting, qui à l'instar d'artistes engagés comme Bono, défend des causes écologiques et humanitaires depuis des années s'est expliqué dans un communiqué : "Le concert organisé en Ouzbékistan par la fille du président est, je crois, sponsorisé par l'Unicef". L'organisation humanitaire a immédiatement démenti les déclarations du chanteur

Sting défend l'idée selon laquelle les boycotts culturels seraient contre-productifs : "Elles ne font qu'isoler les pays concernés et les rendent encore plus renfermés sur eux-mêmes". L'ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan, Craig Murray, a déclaré que les explications de Sting étaient des "foutaises transparentes". "Il n'a pas pris sa guitare pour aller jouer dans les parcs de Tachkent. Il a été payé plusieurs millions de dollars pour donner un concert destiné à glorifier un régime barbare. Est-ce que cet homme est fou ?" s'est-il indigné. La fortune de Sting est estimée à 150 millions de dollars.