dimanche 9 octobre 2016

Le FN s'en prend à La Croix, «le journal le plus anti-patriote de France»


Le journal catholique, qui va joindre à ses publications un numéro spécial de la revue jésuite Projet pour inviter ses lecteurs à réfléchir sur le vote FN, suscite la colère des responsables frontistes. 
Si une part croissante de l'électorat catholique penche vers le Front national, les rapports entretenus par le parti de Marine Le Pen avec la représentation hiérarchique et médiatique de l'Eglise restent compliqués, si ce n'est tendus. Nouvel épisode ce jeudi matin: Marion Maréchal-Le Pen, qui au sein du FN affiche régulièrement son souci de s'adresser aux chrétiens, a décidé ne pas honorer l'invitation qui lui avait été faite sur le plateau de Face aux Chrétiens, l'émission politique organisée conjointement par la chaîne KTO, le journal La Croix, RCF, Radio Notre Dame. Sujet de la discorde: une campagne adressée aux lecteurs de La Croix pour les inviter à réfléchir sur le vote Front national à la veille de la campagne présidentielle. Comme révélé mercredi sur RTL, le journal enverra à partir du 7 octobre prochain un fascicule de 100 pages à ses 74.000 foyers en France. Faisant le constat que la proportion des catholiques pratiquants ayant déclaré vouloir voter pour Marine Le Pen est passée de 4% aux présidentielles de 2012 à 24% lors des dernières élections régionales, la rédaction invite ses fidèles à «réfléchir, comprendre et agir» sur le phénomène. Au FN, on oscille entre colère, indifférence et incompréhension. 

«On ne lutte pas contre la volonté des imams d'imposer leurs discours pour recevoir par ailleurs des leçons des curés!», répète-t-on volontiers dans l'entourage de Marion Maréchal-Le Pen. Au cours d'une explication musclée mercredi soir, le journal La Croix a été accusé de vouloir proposer des «cellules de déradicalisation politique à ses lecteurs». «C'est quand même embêtant car le journal et son supplément seront distribués à plus de 70.000 foyers avec un titre biaisé: “Face à l'extrême droite”. Évidemment, il n'y sera pas question de skinheads ou du PNFE (groupuscule néo-nazi actif dans les années 90) mais du FN», peste un conseiller de la députée du Vaucluse. «Force est de constater qu'il y a un décalage entre la représentation des catholiques et la base. La hiérarchie est restée au modèle du prêtre-ouvrier des années 70, avec sa guitare aux Journées Mondiales de la Jeunesse. Malgré la tentation communautariste qu'eux aussi essaient de distiller, les croyants restent confrontés à la vraie vie. La base s'ouvre à nous parce que nous sommes pionniers sur les questions qui la concerne: immigration, insécurité, défense de l'identité…», croit-on savoir. Le souvenir d'évêques affirmant l'incompatibilité du discours frontiste avec l'esprit des évangiles est, par exemple, encore vif. 

«Le journal catholique le plus anti-patriote de France» 
C'est d'ailleurs par un certain mépris que cette campagne de réflexion politique est accueillie par certains des responsables frontistes. «Qui achète La Croix ? Qui est influencé par La Croix?», s'interroge auprès du Scan Louis Aliot. «Lorsqu'un journal devient un instrument ou un outil militant, il devient un tract politique. Si Marine est à 30%, c'est qu'il y a des raisons objectives, des causes et des espérances. Au diable, le journal qui se revendique du symbole du christianisme à des fins politiciennes. Je suis baptisé, catholique et croyant... Et ce que pense ce bulletin de gauche ne m'empêche pas de dormir...», balaye encore le vice-président du Front national. «Je regrette cette campagne», abonde Florian Philippot. «D'abord elle est bizarre: les lecteurs de La Croix qui votent FN sont appelés à “réfléchir”. Et pas les autres? Ce n'est pas très respectueux des lecteurs», ironise le bras droit de Marine Le Pen, qui voit dans La Croix «le journal catholique le plus anti-patriote de France». 

Moins virulent, le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just, vieux routier du parti, ne semble pas très surpris. «La Croix, c'est le journal des catholiques de gauche depuis l'après-guerre. Ils font ce qu'ils veulent, c'est un média d'opinion après tout», relève-t-il. «Il n'y a pas d'antagonisme entre le Front national et le monde catholique, il y a des incompréhensions vis-à-vis de certaines positions. Quand aujourd'hui la hiérarchie religieuse invoque la charité chrétienne pour professer l'accueil des réfugiés, elle se coupe de la réalité quotidienne des fidèles», assène le conseiller régional. 

FN et médias: une histoire encore compliquée 
Pour d'autres, le sujet n'est pas celui du catholicisme mais encore et toujours celui d'un traitement particulier du parti de Marine Le Pen par les médias. «Le quotidien La Croix veut “donner de la matière” à leurs lecteurs tentés par le FN, sur... Le FN. Aussi révoltant que la cellule de Libération», s'est indigné sur Twitter Gaëtan Dussausaye, le directeur du FNJ. Une référence à l'observatoire du FN lancé par le quotidien au début du mois de septembre, et qui se propose de passer au crible chaque détail de la campagne de la campagne frontiste jusqu'à la présidentielle. 

Auprès du Scan, la rédaction de La Croix tient quant à elle à clarifier sa démarche et récuse en bloc les accusations portées par les cadres du FN. «Nous avons accepté que la revue jésuite Projet, à ses frais, utilise La Croix comme support de diffusion pour un numéro de cette publication consacré à l'extrême droite (...) Il s'agit d'un outil de réflexion où des articles de spécialistes s'articulent autour de trois thèmes: écouter, comprendre, agir. Ces mots, me semble-t-il, l'indiquent bien: il ne s'agit pas de stigmatiser ou de monter les personnes les unes contre les autres. Il ne s'agit pas en tout cas d'une prise de position de notre journal», explique le directeur de la rédaction du journal Guillaume Goubert. 

Auparavant, le FN a de nombreuses fois eu maille à partir avec les médias, au niveau local notamment. Le journal La Voix du Nord avait notamment interpellé son lectorat lors des dernières élections régionales, en engageant une campagne contre Marine Le Pen. Ailleurs, comme à Fréjus, ce sont les cadres frontistes qui exercent volontiers toutes sortes de pression sur les journalistes dont les articles ne leur conviennent pas. Autre illustration: l'interdiction faite aux équipes de Mediapart et du Quotidien de Yann Barthès d'accéder aux «Estivales de Marine de Le Pen». À l'inverse, les médias qui apparaissent suffisamment conciliants avec le parti et son image ont récemment pu faire l'objet d'éloges. Le Petit Journal version Cyrille Eldin a récemment pu en faire l'expérience avec Florian Philippot.