vendredi 9 septembre 2016

Untergunther, réparateurs clandestins du patrimoine


C'était il y a 10 ans : un groupe clandestin, Untergunther, achevait les réparations, secrètes, de l'horloge du Panthéon de Paris, menées pendant un an. Depuis, discrètement, en usant des souterrains parisiens pour se déplacer, ils continuent de restaurer le patrimoine de la capitale.

“On va devoir accéder au site tous les jours… et à toute heure. L’atelier sur place sera permanent. Donc il va falloir le rendre invisible”, avait prévenu Lanso, un des membres d’Untergunther, un groupe clandestin de restauration du patrimoine. En 2005 et pendant un an, ces spécialistes de l'infiltration ont investi les coulisses du Panthéon, installant leurs quartiers au sommet du bâtiment, sous les meurtrières de la galerie circulaire située à la base du dôme. Leur objectif ? Réparer l'horloge Wagner du XIXe siècle, sabotée au cours des années 1960 par un employé à l'évidence lassé de devoir remonter régulièrement le mécanisme, et laissée depuis à l'abandon. Il leur faudra un an de travaux. Après quoi, pour s'assurer que l'horloge sera entretenue, ils préviennent l'administrateur du Panthéon. Celui-ci tombe des nues : qui sont ces gens qui ont pu se balader pendant près d'un an, à n'importe quel moment du jour et de la nuit, dans ce prestigieux monument, sans que personne ne les remarque ? A la stupéfaction cède vite un certain intérêt, qui ne sera pas partagé par l'administration du Centre des Monuments Nationaux (CMN), peu enthousiaste à l'idée qu'une telle affaire s'ébruite et mette en avant des lacunes en matière de sécurité : entre octobre 2006 et mai 2007, le CMN dépose plusieurs plaintes contre le groupe Untergunther. 

"En France l’espace public est public, par définition, la seule chose qu’on peut transgresser en entrant dans un site public c’est le règlement interne, un arrêté éventuellement, municipal, préfectoral ou ministériel, raconte Lazar Kunstmann, porte parole du groupe Untergunther. C’est à peu près du même niveau de criminalité qu’un stationnement sur une place de livraison." Le parquet classe d'ailleurs l'affaire sans suite, non sans un rappel à l'ordre. 

Urban eXperimentation (UX) 
Le groupe Untergunther, un temps sous le feu des projecteurs, est depuis retourné dans l'ombre des souterrains parisiens. Conformément à ses principes, "si une affaire est connue par d'autres sources que la leur, il devient parfaitement inutile de s'en cacher". Aussi le groupe, par l'intermédiaire de son porte-parole, Lazar Kunstmann (un pseudonyme), répond aux questions des médias sur les projets qui ont fini par fuiter. Déjà, en 2004, la police avait découvert, dans les anciennes carrières sous le Palais de Chaillot, une salle de projection clandestine. Lorsque les forces de l'ordre étaient revenues sur les lieux trois jours plus tard, tout le matériel avait été déménagé et une affichette laissée avec pour seule inscription "Ne cherchez pas". L'affaire, une fois ébruitée dans les médias, avait fasciné la presse française comme étrangère, contribuant pour beaucoup à la légende d'un monde souterrain parallèle. 

Cette installation (ainsi que sa disparition) était le fait de "La Mexicaine de Perforation", un groupe clandestin qui s'occupait d'organiser des événements artistiques. Untergunther, La Mexicaine de Perforation ou encore House Mouse (un groupe exclusivement féminin spécialisé dans l'infiltration de bâtiments publics et la neutralisation des systèmes de surveillance) sont quelques sections parmi d'autres qui forment le "Urban eXperiment" (UX), un agrégat de groupes, tous clandestins, qui opère dans les lieux publics "sous-utilisés" et qui s'affranchit de toute notion d’autorisation, considérée comme "fatale aux démarches novatrices et créatives".

Protéger les "délaissés urbains" 
Contrairement à ce que beaucoup ont avancé, les Untergunther ne restent pas discrets par goût du secret ou de la clandestinité. "Jouer sur la visibilité c'est un élément de la faisabilité des projets dans le cadre de l'Urban eXperiment", précise ainsi le porte-parole du groupe. Sans ce paramètre, selon eux, leurs projets, leurs actions, ne pourraient pas se faire, en raison de la résistance et des conflits générés par "ce qui peut représenter l’autorité à un moment donné ou un autre". L'objectif n'est pas tant de transgresser des règles que de rester indépendant. 

Parmi ces groupes apparus dans les années 80 et qui utilisent le réseau souterrain parisien pour se déplacer, la section Untergunther s'est donnée pour mission de conserver la partie non-visible du patrimoine, c'est-à-dire une partie qui ne soit "ni accessible, ni apparente au public, et le plus souvent, pas plus à l’administration qui en a la charge. Le patrimoine oublié en un mot… délaissé… presque perdu", précise ainsi Lazar Kunstmann dans l'ouvrage collectif La Culture en clandestins. L'UX (Hazan, 2009). Pour prendre soin de ces zones qu'ils appellent "les délaissés urbains", les membres du groupe ont décidé de faire l'impasse sur ce que n'importe quelle association traditionnelle envisagerait : les demandes de subventions, et plus encore les demandes d'autorisation. Pour eux, seuls sont nécessaires la compétence technique, les moyens (temporels et financiers), et la volonté d'agir. Le logo d'Untergunther : les deux chiens font référence à leur système anti-intrusion, qui consiste en des aboiements pré-enregistrés pour faire fuir quiconque s'approcherait de leur "planque". 

"Il y a un patrimoine qui fait l’objet de peu d’efforts de conservation, c’est ce qu’on peut appeler le patrimoine commun, dont l’intérêt technique, artistique ou patrimonial n’est pas perçu, forcément, par un œil non averti, n’est pas perçu du plus grand nombre, regrette Lazar Kunstmann. C’est le cas par exemple de l’horlogerie d’édifice, qui ne déplace par les foules. Alors qu’un patrimoine exceptionnel, un édifice prestigieux, un tableau, une sculpture remarquable fait elle l’objet d’une grande attention du public et donc des autorités qui sont censées la gérer, la conserver. Le problème c’est que le patrimoine qui fait l’objet du plus grand effort est celui qui, par définition, est le moins représentatif de l’époque qui l’a vu naître." 

Paradoxalement, ces parties oubliées du patrimoine condamnées par leur non-visibilité, sont sauvées par cette même invisibilité une fois qu'elles ont été réparées. "La visibilité d’un site ou d’un objet l’expose à quantité de risques, comme le vandalisme ou même la simple dégradation par l’usure d’un site parce qu’il est fréquenté. Un site qui est complètement invisible, subit relativement peu de dégradations liées à la fréquentation", précise Lazar Kunstmann. 

L'Horloge du Panthéon 
Par contraste, la discrétion des groupes de l'UX a tôt fait de braquer sur eux les projecteurs, dès lors que leurs projets cessent d'être invisibles. Et si ces affaires ont tant intéressé la presse, c'est que le mode opératoire employé est pour le moins inhabituel. Il fascine, même, tant il semble emprunter aux codes du film de genre, à l'image d'un braquage de banque méticuleusement organisé, avec ceci de différent que l'intention est inverse : donner au public et réparer des dégâts, plutôt que de détruire et de subtiliser. 

Quand on demande à Lazar Kunstmann si l'infiltration du Panthéon pour restaurer son horloge a présenté certaines difficultés, il rétorque d'ailleurs, comme s'il s'agissait d'une évidence, que c'est "un projet comme un autre". De fait, accéder au prestigieux monument est, pour les membres de l'UX, presque un pré-requis : "Du plus lointain souvenir que puissent avoir les gens qui ont fondé le groupe, c’est le premier site à être utilisé clandestinement. L’utilisation de l’espace public est un postulat. L’infiltration, le fait d’accéder à ces sites, est un postulat. Le Panthéon est quelque part le site qui a déclenché la prise de conscience qu’il y a un espace public sous-utilisé et digne d’intérêt"

Aussi, quand un des membres de l'UX, Jean-Baptiste Viot, lui-même horloger de profession, réalise à l'occasion d'une représentation théâtrale donnée par la Mexicaine de Perforation au Panthéon même, que l'horloge Wagner du XIXe siècle est constellée de rouille, proche d'une dégradation irréversible, il propose à ses camarades de la restaurer. Le projet, comme nombre des projets d'Untergunther, durera un an. 

Les membres d'UX ont beau être habitués à l'infiltration au Panthéon, une opération aussi longue nécessite un quartier général : ils installent donc leur atelier de restauration à la base du dôme. Fabriqué sur place, leur salon est entièrement dissimulable, y compris de larges fauteuils, dans des caisses frappées du sigle UGWK (un sigle repéré sur une porte du Panthéon et que le groupe s'approprie : cela donne Unter Gunther Winter Kneipe, pour "Bistrot d'Hiver d'Untergunther"). Ils ferment la pièce improvisée à l'aide de lourdes tentures pour maintenir une température décente et acheminent une véritable bibliothèque traitant de l'horlogerie mécanique et de l'histoire du Panthéon, afin de dresser l'autopsie de l'horloge Wagner visiblement sabotée. L'été, lorsque la chaleur est de retour, les huit membres du groupe travaillant sur ce projet vont jusqu'à installer sur la terrasse un petit potager. 

Dans le Panthéon, le membres de l'UX sont tous équipés, par précaution, d'un "faux badge, avec la photo de son propriétaire, une puce électronique, un hologramme représentant le monument et un code-barres tout à fait inutile mais qui faisait la meilleure impression - en réalité ce type de badge n’existant pas au CMN, il ne s’agit pas d’un faux, un faux nécessitant qu’il existe un 'vrai', relate Lazar Kunstmann dans "La Culture en clandestins. L'UX". Très rares étaient les agents de police qui posaient des questions. Au mieux cela ressemblait à" : - Vous travaillez la nuit ? - … - On peut voir vos badges ? - Faites. - Ok, merci ! 

Au fil des saisons, les Untergunther démontent l'horloge, nettoient les pièces avec les traitements adaptés, remplacent les câbles et poulies et refont la pièce abîmée, à l'aide de laiton conforme à l'ancien modèle. Au total, Jean-Baptiste Viot et son équipe dépensent 4000 € pour remettre en marche, avec succès, l'horloge. 

Une fois leur projet achevé, la question se pose de son entretien. La particularité d'une horloge est que, paradoxalement, elle s’abîme moins vite lorsqu'elle est utilisée plutôt que laissée à l'abandon. Le groupe Untergunther se décide donc à révéler son existence à l'administrateur du Panthéon : Bernard Jeannot. Dans le livre "La Culture en clandestins. L'UX", Lazar Kunstmann fait le récit de cet entretien surréaliste et de la stupéfaction qui a saisi l'administrateur et ses collègues lors de la révélation de l'existence du groupe. Si le premier s'est montré fort intéressé, le CMN a préféré donner aux événements la suite qu'on leur connait : une série de plaintes devant la justice. Les quatre membres de l'Untergunther cités à comparaître, sûrs de leur bon droit, s'étaient d'ailleurs présentés à leur procès sans avocat. Depuis, l'histoire est peu à peu tombée dans l'oubli : les membres de l'UX sont, par nature, discrets, et le CMN préfère oublier toute l'affaire. 

Ces réparateurs clandestins n'ont d'ailleurs plus fait parler d'eux dans les médias. La salle de cinéma souterraine et la restauration de l'horloge du Panthéon restent leurs seuls faits d'armes de l'UX connus du grand public, et les Untergunther ont continué leur travail de fourmi, dissimulés, au rythme d'un chantier tous les un ou deux ans. Quant à l'horloge, elle ne fonctionne toujours pas : à la demande du nouvel administrateur, la roue d'échappement recréée par Jean-Baptiste Viot a été retirée. 

Source