lundi 15 août 2016

Marsault et la purification éthique

Facebook a supprimé la page du dessinateur Marsault. Pourquoi ? Parce que ce dangereux individu, armé jusqu’aux dents d’un crayon, ne plaît pas à tout le monde…

Facebook vient de supprimer la page du dessinateur Marsault. Pourquoi ? Parce que les dessins de ce nouveau Gotlib n’ont pas l’heur de plaire à tout le monde. « Misogyne », « raciste », « homophobe », « fasciste » : l’artiste a été qualifié, en moins de vingt-quatre heures, de tous les noms.

Les « antiracistes » d’opérette sont de sortie

Il s’est même trouvé, sur le web, des « antiracistes » d’opérette(1) pour se livrer à de scandaleuses affabulations : ainsi prétendent-ils que le dessinateur serait un proche d’Alain Soral et qu’il s’apprête à publier son premier album chez Ring, jeune maison d’édition « qui accueille Laurent Obertone, auteur d’une ode à Breivik […] et les délires racistes de Renaud Camus ».

C’est Laurent Obertone qui va être content qu’on le confonde avec Richard Millet, auteur d’un Éloge littéraire d’Anders Breivik, et c’est Renaud Camus qui va se réjouir d’avoir trouvé un nouvel éditeur… Obertone a écrit Utøya, qui est tout sauf une ode au terroriste norvégien. Quant à Renaud Camus, il est toujours publié « chez l’auteur ».Un seul s’attristera vraiment de toute cette affaire, c’est le directeur littéraire des éditions Ring : Raphaël Sorin. Son nom compte dans l’édition française et en faire le parrain d’une maison « d’extrême droite » n’est pas seulement une insulte. C’est d’un ridicule achevé pour qui connaît sa nature, son tempérament et ses engagements(2).

Certes, la « fascisation » de l’adversaire est une technique éprouvée par une certaine gauche(3). Mais calomnier pour calomnier, mentir pour mentir, pourquoi nos antiracistes d’opérette n’ont-ils pas eu l’audace de pousser le bouchon un peu plus loin encore ? Il ne fallait pas se gêner ! Pourquoi n’ont-ils pas fait du dessinateur Marsault, ce grand garçon tatoué de près, la fille cachée d’Adolf Hitler, née dans un Bunker en 1945, exfiltrée par le Vatican en Amérique du Sud et revenue récemment en Europe dans les cales d’un cargo de contrebande pour porter un coup fatal aux plus démocratiques de nos valeurs ? Pourquoi reprocher à Marsault d’être seulement fasciste, alors qu’il était si simple d’en faire un nazi ?

Marsault et les ligues d’indignés

Bien décidés à en découdre avec Marsault, nos meilleurs antiracistes, nos plus beaux antifascistes et nos féministes les plus zélés ont lancé auprès de Facebook une campagne de « signalements ». On n’arrête pas le progrès : même plus besoin de retrouver le numéro exact de la rue Lauriston, ni d’affranchir sa lettre au tarif en vigueur en 1942. Un clic désormais suffit. Cela a marché : la page de Marsault a été rapidement supprimée du célèbre réseau social.

C’est la nouvelle règle : quand on n’est pas d’accord avec quelqu’un, on ne cherche pas à débattre, à s’opposer à lui, voire à l’ignorer. On exige sa pure et simple suppression. On lui dénie le droit d’exister et de mener sa vie propre. Ce n’est ici rien d’autre que la jurisprudence Kouachi appliquée, dans la joie et la bonne humeur, aux réseaux sociaux. On a les armes automatiques qu’on peut.

Il faut, quand même, être sacrement dérangé pour vouloir priver un dessinateur d’un de ses moyens d’expression, quand on peut simplement l’ignorer. Je ne goûte pas, par exemple, les dessins de Jean Plantu. Mais cela ne me traverserait pas un instant l’esprit de réclamer à Facebook son bannissement. Je me contente, tout bonnement, de ne pas suivre ses publications – et je ne m’en porte pas plus mal.

Dans une société où les idées et les opinions sont réputées être libres, l’indifférence est la plus grande sagesse qui soit. C’est même une planche de salut, si l’on ne veut pas perdre la raison et épuiser ses nerfs face aux stupidités qu’un cerveau humain est capable de produire en une seule journée. Imaginez un monde où il faudrait s’indigner, tour à tour, du prêche farfelu d’un imam, des arrière-pensées d’un cardinal, des déclarations stupéfiantes d’un ministre ou des dessins d’un artiste ? Ce ne serait pas un monde vivable. C’est l’indifférence – c’est-à-dire la capacité à se moquer des opinions des autres comme de colin-tampon – qui rend la vie possible.

Or, les réseaux sociaux ne fonctionnent justement pas à l’indifférence. C’est l’indignation qui souvent les alimente, dans un mouvement perpétuel, quasi-brownien. L’important est de trouver chaque matin un sujet pour s’indigner. Il faut nourrir la bête. Seulement, on n’a jamais rien fait dans le monde en s’indignant : ni une œuvre d’art, ni un empire, ni une civilisation. L’indignation n’a jamais servi, dans l’histoire, qu’à une seule chose : fournir une raison sociale aux ligues de vertu.

Comment voulez-vous qu’une ligue de vertu comprenne quelque chose à un dessin ? Une ligue de vertu, Monsieur, ça ne dessine pas. Ça s’indigne. C’est son métier.

Marsault : le nouveau Gotlib

Prenons un dessin de Marsault. C’est le nouveau Gotlib. Son encrage, qui atteint une forme de perfection, le rapproche du grand maître. Comme Gotlib, c’est un autodidacte. L’un et l’autre ne sont pas nés avec une cuiller en argent dans la bouche. L’un et l’autre savent ce que gagner son pain à la sueur de son front signifie. Ils savent aussi qu’ils sont, même s’ils s’en défendent, des enfants de la « Ligne claire », c’est-à-dire d’un style graphique limité à sa plus simple expression. Mais un style qu’ils ont singulièrement renforcé par un concours accentué de noir. L’encrage n’est pas chez un dessinateur un simple accessoire. L’encrage est le dessinateur.

Sur sa page Facebook, Marsault publiait régulièrement des dessins où le protagoniste principal, Eugène, se montrait toujours d’une violence extrême avec quiconque. C’est devenu un gimmick connu de tous les amateurs de Marsault : un type tient un propos convenu, Eugène arrive en char d’assaut et le détruit. Ce n’est pas toujours drôle, mais ça l’est très souvent.

Tiré de Marsault revival (fb)
Dans le dessin que nous publions ci-contre (cliquer sur l’image pour l’agrandir), un protagoniste lambda déclare, bave aux lèvres : « Les filles qui s’habillent de manière provocante, c’est quand même un peu normal qu’elles se fassent violer… Hhhrrr salopes. » Nous avons droit dans la case suivante à un gros « Breum ». Puis, sur deux cases, à la conclusion d’Eugène : « Les connards dans ton genre, c’est un peu normal qu’ils se fassent éclater. » Ce dessin est évidemment violent. Mais la violence n’est pas là où on le croit. Elle ne se situe pas dans le tir d’artillerie d’Eugène, mais bien dans les propos de celui qu’il vient de disperser façon puzzle. Le « Breum » marsaultien est un contrepoint cathartique, qui montre crûment la véritable violence qui opère dans la banalité des propos ordinaires. Si l’on n’a pas compris que la justification du viol par « l’impudeur vestimentaire » de la victime est la forme la plus veule, la plus lâche, la plus dégueulasse de violence, c’est qu’on n’a rien compris à rien. Si l’on n’a pas compris qu’un dessin reste un dessin et que l’image n’est jamais la réalité, c’est qu’on a touché le fond et qu’on est définitivement un imbécile.

Surveiller et punir

La génération d’hier – celle qui a cru faire la « révolution », alors qu’elle ne faisait que se rouler des patins et des joints – voulait qu’il fût « interdit d’interdire ». Le shit devait être frelaté, car elle a accouché d’enfants maléfiques – moitié Chucky, moitié O’Brien – et ces semi-monstres n’ont plus qu’un mot d’ordre à la bouche : « Il faut interdire ! Tout interdire. » Ils veulent surveiller et punir, contrôler et sévir, juger et censurer.

Leur vie est simple. Anastasie avait besoin de ciseaux pour caviarder la presse. Napoléon III avait besoin de Pinard(4) pour proscrire Les Fleurs du Mal et Madame Bovary. McCarthy avait besoin de l’appareil d’État américain pour traquer communistes et homosexuels. Un clic désormais suffit à nos vertueux censeurs pour exercer leur molle dictature sur le monde et se livrer, impunis, à leur jeu favori : la purification éthique.