lundi 11 juillet 2016

J'ai un job à la con 8/9 : "Tout ce bla-bla pour des baskets"

Sylvain, la trentaine, rédacteur web

Sylvain écrit des milliers de descriptifs pour un site d’e-commerce et supporte de moins en moins le monde qu’il contribue à façonner.

« Je bosse pour un site qui vend des fringues de sport. Mon boulot consiste notamment à écrire les descriptifs des produits pour le site.

Notre catalogue a plusieurs milliers de références. Depuis mon arrivée, j’ai dû écrire près de 4 000 de ces fiches. On se base sur ce que nous envoient les marques. Elles nous parlent de "technologies", de "dynamisme", de "confort"… On croirait de la Formule 1. On doit le réécrire pour que l’algorithme de Google nous détecte comme des textes originaux et nous fasse remonter dans les résultats.

J’écris en automatique. Quasiment personne ne me lira de toute façon. Il m’arrive de parcourir un paragraphe et de me dire : "Mince, c’est moi qui viens tout juste d’écrire cela ?" L’autre jour j’ai dû modifier à la main 150 fiches produits. Dans ces moments, on se demande ce qu’on fout là.

Quand je pense à tout ce bla-bla déployé pour des fringues… Et ça recommence à chaque saison. C’est un cycle sans fin. Nous vivons dans une bulle de communication. Cela devient grotesque. Même la journée de la femme est l’occasion de faire des promotions…

Le commerce a perdu tout son charme. Et je participe à tout cela en insérant sur notre site les bandeaux publicitaires des marques, en suivant la progression du nombre de nos fans sur les réseaux sociaux.

Au quotidien, j’en oublie même que je fais marcher de grosses machines qui fabriquent leurs produits dans des pays asiatiques. Les vêtements semblent tomber du ciel. Preuve que leur com’ fonctionne…

Après, il y a des aspects de mon boulot que j’apprécie. J’aime la communication quand elle n’est pas frénétique. L’ambiance de travail est bonne et je gagne correctement ma vie. C’est difficile de changer. On s’installe dans un confort. »

source