jeudi 14 juillet 2016

Entretien exclusif d'Orages d'acier avec l'association de protection de l'église de Sainte-Rita


1/ Pouvez-vous vous présenter ? 
L'association Communauté chrétienne Sainte-Rita Paris 15ème a été créée peu de temps après le départ du clergé gallican de Sainte-Rita, cette église située 27 rue François Bonvin dans le 15ème arrondissement de Paris. Le dernier desservant se réclamant du catholicisme gallican est parti en octobre 2015, nos statuts ont été déposés en préfecture du décembre. En l’absence d’organisation légitime pour assurer la défense de Sainte-Rita et devant l’urgence de la situation, la création de cette association nous est apparue comme une évidence.

A l’origine de cette association, nous sommes un groupe d’amis, habitant le 15ème et attachés à l’église Sainte-Rita. C’est une église néogothique construite en béton, fait assez remarquable. Elle a été construite en 1901 à l’occasion de l’exposition universelle. Nous étions déjà engagés pour la préservation de l’édifice. Nous avons notamment aidé à l’organisation de la manifestation qui a eu lieu en juin 2015, avec à l’époque encore le clergé gallican.

2/ Quels sont vos buts à court et moyen terme ? 
Notre première action a été de demander à l’abbé de Tanoüarn de venir y célébrer la messe tous les dimanches. Il était très important que le culte ne soit pas interrompu, que l’église reste toujours vivante, occupée. Il célèbre la messe tous les dimanche et fête à 16h. Depuis le mois de juin, il y a même deux messes à 11h et à 16h, les deux messes étant pleines.
Pour faire vivre l’église, nous avons également une activité de paroisse classique (bien que Sainte-Rita ne soit pas une paroisse) : réalisation de menus travaux, ménage, ameublement et décoration, soupe populaire et maraudes mensuelles, divers événements culturels…
Toutes ces activités n’ont qu’un but : empêcher la destruction de Sainte-Rita et assurer sa préservation.

3/ Par quels moyens procédez-vous pour faire face à ce projet de destruction ? 
Nous nous devons d’agir sur tous les plans pour préserver Sainte-Rita. La première chose est de conserver au lieu son âme : c’est une église qui doit donc servir au culte en tout premier lieu. Sainte-Rita, c’est d’abord une communauté de fidèles que l’on peut évaluer à environ 300 personnes, 150 places assises deux fois par dimanche. Nous soutenons également les occupants des lieux, qui habitent en permanence dans les parties attenantes à l’église. Cette occupation empêche les bulldozers d’entrer en action, tant qu’aucune procédure légale d’expulsion n’est allée à son terme.
Nous avons également mené, grâce au cabinet Ilion Avocats, plusieurs actions en justice afin d’empêcher la destruction, notamment contre l’ordonnance d’expulsion qui a été rendue en janvier 2016. La caducité de cette ordonnance a été reconnue par le juge de l’exécution. Nous poursuivons nos actions devant les tribunaux. Nous continuerons à engager toutes les actions judiciaires nécessaires pour préserver Sainte-Rita.
Pourtant tout ceci ne nous permet que de gagner du temps. Afin de sauver définitivement l’église Sainte-Rita, nous lancerons à la rentrée une grande levée de fonds afin de la racheter pour l’arracher définitivement des griffes des spéculateurs.

4/ De nombreux mouvements se réclament du projet de défense de l'église, sont-ils légitimes ou faites-vous face à une tentative de récupération politique ? 
La légitimité du combat pour la sauvegarde de Sainte-Rita revient à ceux qui travaillent chaque jour sur le terrain, qui donnent de leur temps et de leur énergie depuis des mois et non aux militants 2.0, flambeurs de la communication, opportunistes et autres adeptes du culte de l’ego.

La sauvegarde de cette église n'est pas un projet politique, mais participe de la sauvegarde de notre patrimoine spirituel et architectural. L’exposition médiatique dont cette église fait parfois l’objet attire certains en mal de notoriété, tentés par la récupération.

5/ Vous-ont ils contacté avant de lancer leurs initiatives ?
Nous avons toujours dit à tous ceux qui voulaient s'investir que nous ne voulions aucune récupération ni revendication politique de quelque manière que ce soit car cela porterait préjudice à notre travail. Dans un souci de cohésion et de coordination, nous devons être informés de chaque initiative prise. Nous ne pouvons nous permettre aucune action qui entacherait l’image de Sainte-Rita et de ses défenseurs, d’où qu’elle vienne.

Travailler sans les fidèles et donc sans notre association est une erreur et mine notre travail de communication, que ce soit auprès des médias ou du quartier. Nous luttons contre toutes ces confusions et rétablissons patiemment la vérité. Nous avons d'ailleurs organisé une première réunion d’information le 15 juin dernier à l’attention de nos adhérents afin qu'ils aient toutes les informations sur nos activités et qu’ils ne soient pas trompés par d'autres communications hasardeuses

6/ Les derniers mouvements ne discréditent-ils pas tout ce que vous avez accompli ? 
Une communication irréfléchie, des informations erronées, des prises de positions partisanes risquent de saper un travail de terrain de plusieurs mois. Nous sommes d'ores et déjà entrés en contact avec la plupart de ces personnes afin que cessent ces inutiles et inefficaces tentatives. A l'avenir, les membres de l'association ne toléreront plus aucune de ces expériences hasardeuses, fort des valeurs et des objectifs de la Communauté chrétienne. 

L’église Sainte-Rita appartient à ses fidèles, représentés par l'association, sous la présidence d’honneur des prêtres qui y officient. Aucune bannière, aucun groupe, aucun parti, ne peut s'approprier la cause de cette chapelle. Cette lutte est celle de fidèles humbles, patients et dévoués. 


Et sur notre site internet : http://cc-sainterita-paris15.fr