vendredi 22 juillet 2016

Alain Marsaud (LR) : «Je me défends, je porte une arme»

COMBAT MASTER BELT HOLSTER


L'ex-juge antiterroriste et député Alain Marsaud déclare sur iTélé qu'il porte une arme et prône la création de milices citoyennes en France.
La surenchère des propositions sécuritaires continue. Le député LR des Français établis hors de France, Alain Marsaud, ne veux pas être en reste et fait une sortie fracassante ce mardi 19 juillet sur iTélé : «Je me défends, je porte une arme» a-t-il déclaré, avant de poursuivre: «Je ne souhaite pas laisser le monopole des armes à feux aux assassins». Interrogé sur la meilleure façon de protéger la population française, l'ancien chef du service antiterroriste du parquet de Paris n'hésite pas: la population française doit être armée.
«J'appelle à la mobilisation citoyenne (...) Les citoyens doivent prendre le relais d'un État inefficace et assurer eux-mêmes leur défense, soit individuellement, soit par groupe.» explique-t-il. Une déclaration de nature à alimenter les accusations de «Trumpisation» des esprits au sein d'une partie de l'opposition, récemment portées par Manuel Valls. Volontiers provocateur, Alain Marsaud ne manque pas de relever que «les belles âmes seraient scandalisées» par son propos, anticipant les éventuelles attaques.
L'ex-magistrat n'est pas le premier homme politique se déclarant armé. En janvier 2016, Michel Charasse, membre du Conseil constitutionnel et ex-ministre du Budget, avait affirmé au magazine Charles qu'il portait une arme depuis plus de 20 ans.

Alain Marsaud et Robert Ménard prônent la création de milices citoyennes

Depuis l'attentat de Nice, la question de la protection des Français est au cœur de tous les débats. Pour les candidats à la primaire de la droite et leurs divers soutiens, l'heure est à l'argumentation musclée. Cette proposition d'Alain Marsaud de créer au sein de la population française des groupes d'autodéfense armés, chargés de patrouiller dans les rues, n'est pas sans rappeler une récente initiative du Maire de Bézirers, Monsieur Ménard. En effet, ce dernier a lui-même déjà tenté, en vain, de créer dans sa ville une «garde» de volontaires, chargés d'assurer la protection des habitants.
«On ne peut pas laisser seulement les violents, les assassins, porter des armes», martèle Alain Marsaud. «Je suis à titre personnel, favorable à ce qu'on puisse armer un certain nombre de personnes». Un appel à la «vigilance citoyenne» qu'il évoque sur son compte Twitter:
Rappelons qu'à ce jour, seules les forces de l'ordre, mais aussi les détenteurs d'un permis de chasse, ou les membres d'un club de tir, sont autorisés, sous certaines conditions, à être détenteurs d'une arme de tir.