mercredi 8 juin 2016

Ukraine : la très étrange arrestation


Ouf, on respire, les méchants sont sous les verrous, et on va pouvoir regarder le foot. 
Il y a quelques semaines, le patron de la DGSI s’exprimait devant la représentation nationale. Alarmé, il déclarait en substance que l’ultra-droite était prête à passer à l’action violente, attendant pour cela un événement comme l’Euro

Et vlan, voici qu’on apprend l’arrestation, il y a déjà quelques jours, d’un Français en Ukraine, qui aurait été détenu par les services secrets locaux quelques jours au secret avant que l’on n’apprenne la nouvelle, non sans soulagement. Rappelons que l’Ukraine est un exemple de démocratie et de respect de la légalité. La presse nous dit que ce terroriste rural à la vie tranquille se serait fait prendre seul, au volant de son véhicule, avec des armes, plus de 100 kg d’explosifs et 5.000 cartouches, dans le véhicule utilitaire de son employeur, à plusieurs milliers de km de chez lui. Que l’on se le tienne pour dit : si ça pète pendant l’Euro, c’est un complot d’extrême droite. L’incendie du Reichstag, en somme. La dernière étape avant les heures les plus sombres. 

Nos hommes politiques qui, en appelant à abattre Bachar, ont tout à la fois renforcé les vocations naissantes pour le front et fourni le meilleur système de défense qui soit aux djihadistes sur le retour étaient désespérants. Enfin une victoire ! On l’attendait. Après avoir loupé Merah et laissé entrer les commandos de Charlie et du Bataclan, les services se réveillent : un complot d’envergure démantelé. 15 attentats ! 10 fois plus que Daech. Le danger, c’est l’ultra-droite, qu’on vous dit. C’est simple, ils sont alliés à Daech

Étrange équipée solitaire que celle d’un jeune homme que son patron laisse traverser l’Europe avec la fourgonnette de la boîte. Étonnantes capacités linguistiques de ce brave garçon vacher qui, tout droit sorti d’une ferme à Bar-le-Duc, se joue des frontières de Schengen et se balade dans les zones de guerre (en s’exprimant en langue des signes ?), trouvant le moyen de faire ses emplettes : kalach, explos, détos, munitions… Qu’il achète, sans le savoir, aux services ukrainiens, lesquels ne s’en cachent pas. Où a-t-il trouvé tout cet argent pour payer une telle marchandise ? Un autre service lui aurait-il fourni les fonds nécessaires ? On a déjà vu le FBI monter ce genre de provocation aux États-Unis. Et pour finir par se faire coxer face caméra au poste-frontière réputé le plus corrompu d’Europe, où tous les trafics passent au travers des mailles du filet. Comme cela fleure bon la mauvaise barbouzerie aux intentions politicailles ! 

Quand on voit les moyens logistiques et les réseaux déployés par les commandos qui ont frappé la France, on sourit. Le moindre petit importateur de résine de cannabis monte tout un convoi pour aller chercher sa marchandise au Maroc. Et les puissants réseaux de l’ultra-droite qui menacent le pays quotidiennement iraient chercher en Ukraine leurs explosifs et leurs armes toutes neuves le plus simplement du monde, comme on va chez Metro, avec le Berlingo blanc de la société ? On rigole. Surtout en lisant l’estocade. Le gars avait chez lui un T-shirt siglé d’un groupe d’extrême droite dont on taira le nom pour éviter toute mauvaise publicité. 

Ouf, on respire, les méchants sont sous les verrous, et on va pouvoir regarder le foot.