samedi 14 mai 2016

Survivre à tous les coups

Crise financière, migrations de masse et destruction de l’environnement écologique. Pour Piero San Giorgio, le monde tel qu’on le connaît s’effondrera dans moins de dix ans. Ce survivaliste se prépare au pire.

Cet homme est ce que l’on appelle un survivaliste. En Suisse, ils seraient plus d’un millier à se tenir prêts aux scénarios catastrophiques. L’illustré avait rencontré ce Genevois il y a trois ans, dans son chalet caché dans les montagnes. Cette «base autonome durable», comme il l’appelle, abrite de la nourriture, des armes et un accès à l’eau: de quoi abriter dix adultes pour une durée d’un an en cas de crise.

Inutile de chercher l’image d’un extravagant confiné dans son bunker. Loin des clichés des films de Hollywood, c’est en famille que Piero San Giorgio a commencé à se préparer à l’échéance du krach il y a dix ans. Aujourd’hui, cet ancien directeur marketing est devenu l’un des gourous du survivalisme en Europe. Depuis, il a vendu plus de 100 000 exemplaires de ses trois livres, donne des conférences en Europe et en Afrique et propose des cours et conseils de survie et d’auto­défense.

Il y a trois ans, vous disiez que le monde tel qu’on le connaît allait s’effondrer «dans une dizaine d’années». En êtes-vous toujours sûr?
Oui, je le vois de plus en plus. Je pense que l’on va vers une crise économique provoquée par une convergence de différents chaos, comme la raréfaction des ressources, la destruction des environnements écologiques, les migrations de masse et un modèle économique occidental basé sur la finance. Dans cinq ou six ans, nous connaîtrons la fin de ce monde. Mais il ne faut pas s’attendre à une prophétie. Cela sera relativement progressif et n’arrivera pas à une date précise.

Comment voyez-vous cette crise? Allons-nous tous nous entre-tuer?
Bien sûr, en Suisse, nous sommes privilégiés. Mais les crises sont à nos portes, elles envahissent déjà les pays d’Europe comme l’Italie et la Grèce. Nous connaîtrons une pénurie des ressources énergétiques comme le pétrole; puis la chute du système financier détruira l’épargne des gens, ce qui provoquera un désastre social. Dans les climats difficiles, les gens ont souvent recours à la violence. Je n’espère pas que l’on ira jusqu’à s’entretuer. C’est la raison pour laquelle je vais au contact des gens. Plus les gens sont préparés, moins ils paniqueront et mieux ils réagiront à ce genre de changements. En cas de chaos, ce ne sera pas chacun pour soi, mais on formera des communautés avec notre famille, puis nos amis. Je récolterai des patates, tu t’occuperas du poulet et il fabriquera des chaussures. Il y aura clairement un retour vers quelque chose de plus naturel.

Vous possédez tout de même une collection d’armes impressionnante.
Oui. Mais il est tout à fait normal d’avoir son arme de service à la maison, en Suisse. C’est inscrit dans notre tradition. Si l’économie s’effondre, les forces de l’ordre disparaîtront et ne pourront plus défendre les citoyens. Mes propres armes me serviront de protection en cas d’attaque ou d’invasion.


Que proposez-vous dans vos cours de survie dans la nature?
En une demi-journée, je leur apprends quelques concepts de base pour se préparer. Il y a deux mois, nous nous sommes rendus dans la forêt, où j’ai donné des techniques de défense à des femmes. Ces cours sont gratuits et s’adressent à tout le monde. J’essaie aussi de montrer qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un arsenal pour se défendre. Il y a énormément d’outils que l’on peut avoir dans son jardin ou sa maison en cas d’attaque.


D’où vous vient cette peur du chaos?
Cette crainte m’est apparue lors de la deuxième guerre d’Irak en 2003 et des mensonges américains à l’époque. Si un gouvernement était capable de nous mentir sur des guerres, il devait y avoir quelque chose derrière. Cette chose, c’est le pétrole, qui est en déclin. Puis mes voyages en Afrique et en Asie dans le cadre de mon ancien travail m’ont fait prendre conscience de la destruction de l’environnement, des problèmes de pauvreté et de nutrition massifs. J’ai eu une prise de conscience progressive. En 2005, j’ai ressenti le besoin de me préparer. Il ne s’agit pas de craindre le changement, mais simplement de l’anticiper.


Comment avez-vous commencé vos préparations?
Au début, elles étaient sans queue ni tête. J’ai acheté une trousse de secours pour la maison, ensuite un chargeur solaire, quelques boîtes de conserve à mettre à la cave. Puis je me suis dit qu’il fallait que je sois plus organisé. En écrivant mon premier livre en 2011, j’ai dû raisonner et structurer mes préparations.

Comment votre entourage a-t-il vécu vos débuts dans le survivalisme?
Ils m’ont pris pour un original au début. Je leur faisais part de mes impressions sur ce qui se passait dans le monde. Puis un jour, on m’a dit: «Tu m’avais prédit qu’il y aurait cette guerre en Ukraine, et elle est arrivée.» Petit à petit, mes proches ont changé leur perception. Certains me disent que j’avais raison, ils ont vendu leur maison, se sont acheté une ferme à la montagne et se préparent. Les gens font leur chemin. Ils se rendent compte que ce mode de vie, qu’ils pensaient plus difficile, leur apporte en fait plus de bonheur, car ils sont réunis en famille, vivent dans la nature, fabriquent leur propre nourriture.

Comment inculquez-vous vos valeurs à vos quatre enfants?
Ils sont encore petits, donc je le fais de manière subtile. Je veux qu’ils aient une vie d’enfant normale, sans qu’ils angoissent par rapport au futur. Je les responsabilise petit à petit. Les grands font du kung-fu, ils apprennent à connaître la nature dans la montagne et à économiser l’eau.


Cette préparation a-t-elle resserré vos liens familiaux?
J’ai redécouvert les liens sociaux, car je passe plus de temps en famille et avec mes amis proches. Au final, c’est ce qui rend les gens heureux. L’être humain, c’est de la survie et de l’amour.

Comment cela se passera pour vous et votre famille le jour où la catastrophe arrivera?
Nous nous rendrons progressivement dans la «base autonome durable», si les choses continuent à aller mal de manière lente. Mais il n’y a pas forcément de scénario selon lequel nous partirons dans la minute. C’est un plan qui me semble peu probable.

Et pour ceux qui ne sont pas préparés?
Quand la crise arrivera, il y aura beaucoup de gens démunis. La plupart des gens feront comme ils pourront. Certains déprimeront, d’autres feront du troc et trouveront des ressources là où ils ne l’auraient pas imaginé. Ils seront paniqués et réagiront moins rationnellement que ceux qui se préparent. Après, la question n’est pas de survivre à tout prix tout le temps. Il y a des scénarios contre lesquels on ne peut rien.

Pourquoi écrire ces livres et faire des conférences?
Je poursuis deux objectifs. D’un côté, si tous mes voisins se préparent autour de moi, ils vont moins me poser de problèmes le jour d’une crise. De l’autre, je me considère comme citoyen responsable et veux le bien de mes concitoyens. Ma manière d’aider les gens, c’est de leur faire prendre conscience qu’on a des problèmes. Mais après, c’est à eux de faire le boulot. J’essaie de donner des techniques et des méthodes, je ne suis pas un prophète.


Quelles sont ces méthodes?
La première étape est de réaliser que l’on est en train d’aller vers un effondrement. Ensuite, il faut faire en fonction de la place que l’on a. Si l’on n’a pas de cave, il y a de la place dans les armoires ou sous le lit. Mais ne serait-ce qu’avoir une semaine de nourriture et d’eau, c’est déjà énorme et cela nous donne le temps de voir venir la crise. Il faut aussi des batteries, lampes de poche, couvertures. Il faut réfléchir à son autonomie, pas seulement au stock. On peut faire pousser des tomates sur son balcon, même en ville. Mais je vous avoue qu’en stockant un an pour dix personnes, je vois les choses un peu en grand. Mais c’est ma façon de faire, je suis un peu exubérant.

Sentez-vous que les Suisses s’intéressent de plus en plus au survivalisme?
Oui, c’est clair. Quelques milliers se disent survivalistes dans notre pays, et ce ne sont pas des farfelus. Mais les gens qui se préparent instinctivement, sans le savoir, cela se compte par dizaines de milliers. Vous savez, il y a vingt ans, 100% des Suisses auraient été qualifiés de survivalistes, car ils stockaient dans leur abri antiatomique. Aujourd’hui, le chef de l’armée suisse nous dit de nous préparer et de faire des réserves d’eau, notamment. Quand on y pense, c’est totalement normal. Simplement, on l’oublie dans nos soucis quotidiens.

source