jeudi 5 mai 2016

Oise : les « jardins familiaux » pris d’assaut


Ils sont plus de 900 jardiniers potentiels à attendre l’octroi éventuel d’une parcelle… Un demi-siècle après leur création, les « jardins familiaux de l’Oise », qui offrent déjà 6000 terrains à cultiver, sont victimes de leur succès. Signe des temps, le fait de pouvoir mettre en œuvre et entretenir un potager n’est plus seulement un loisir mais devient, pour un nombre croissant de personnes, un moyen de subsistance, un complément permettant de nourrir correctement sa famille. Un indice de paupérisation du pays qui n’a pas échappé au président de l’association, Michel Leblond, qui s’en désole autant qu’il s’en inquiète, cherchant des solutions pour fournir de nouvelles parcelles afin de faire face à la demande. 

L’exploitation sérieuse d’une parcelle de 250 mètres carrés peut permettre de nourrir en fruits et légumes une famille de 4 personnes. En n’achetant plus ces produits en supermarchés, certains jardiniers affirment faire faire une économie de1300/1400 euros par an. 

Au-delà de l’aspect économique, ces petites exploitations permettent également d’améliorer la qualité gustative et sanitaire de l’alimentation, l’association ayant pour objectif le « zéro produit phytosanitaire ». Elles jouent également un important rôle social, les gens aimant échanger autour de leurs parcelles, se donner des conseils et des coups de mains, partager ou troquer des productions trop importantes de tel ou tel légume. De véritables petits îlots de résistance face au rouleur compresseur de l’individualisme et de la marchandisation.