samedi 21 mai 2016

[Archives] Idéologie française


La notion de terroir a de multiples facettes. Il y a tout d’abord le terroir agricole, celui qui définit les relations entre un produit et sa terre. Il établit l’adéquation entre la plante et son support naturel. Il y a ensuite le terroir géologique, celui qui présente l’espace souterrain, le paysage et le climat. Il y a le terroir qui garantit l’authenticité des produits et des hommes. Dans ce cadre, l’art est un vecteur de terroir. Enfin il y a le terroir société, celui qui définit les groupes humains, avec leur patrimoine, leur identité, leurs traditions et leurs savoir-faire.

Le terroir est un mélange de composantes naturelles et humaines. Au Moyen Age il s'agissait simplement de l'unité sociale villageoise. Au XVIII ème siècle ce terme définissait une entité plus grande à l'échelle d'une région ou d'une province. Il s'agissait plus d'évoquer le rapport que les hommes avaient avec leur territoire, que de définir l'influence du milieu sur l'activité humaine. Aujourd'hui, le terroir est présenté comme l'élément essentiel de l'influence du milieu sur un produit donné. Dans le monde agricole, il est l'ensemble des facteurs naturels qui caractérisent un terrain cultivé : la nature du sol et du sous-sol, le relief, l'exposition, l'hydrologie, le microclimat… Cette notion est particulièrement réaliste pour le vignoble, tant elle est diversifiée. Dans les applications de ce concept, on s'efforce de mettre en adéquation le vignoble avec son terroir pour en optimiser l'exploitation. On parle ainsi de caractérisation du terroir, potentialités œnologiques des terroirs et de politique de sélection au terroir.